01 avril 2013

Ne fuis pas encore - Marguerite Desbordes-Valmore

Ne fuis pas encore   Tu crois, s'il fait sombre, Qu'on ne te voit pas, Non plus qu'une autre ombre, Glissant sur tes pas ? Mais l'air est sonore, Et ton pied bondit... Ne fuis pas encore : Je n'ai pas tout dit !   À qui ce gant rose Qui n'est pas le mien ? Quel parfum t'arrose, Qui n'est plus le tien ? Tu ris, mais prends garde, Ta lèvre pâlit... Moi je te regarde : Je n'ai pas tout dit !   Sur ton cœur cachées Des fleurs vont mourir ; Les as-tu cherchées Pour me les offrir ? Vois ! La lune... [Lire la suite]

28 octobre 2012

Plaintive tourterelle - Théophile Gautier

Plaintive tourterelle   Plaintive tourterelle, Qui roucoules toujours, Veux-tu prêter ton aile Pour servir mes amours !   Comme toi, pauvre amante, Bien loin de mon ramier Je pleure et me lamente Sans pouvoir l'oublier.   Vole, et que ton pied rose Sur l'arbre ou sur la tour Jamais ne se repose, Car je languis d'amour ;   Evite, ô ma colombe, La halte des palmiers Et tous les toits où tombe La neige des ramiers.   Va droit sur sa fenêtre, Près du palais du roi, Donne-lui cette lettre ... [Lire la suite]
17 octobre 2012

Je tombais de sommeil - Omar Khayyam

Je tombais de sommeil…   Je tombais de sommeil et la sagesse me dit: jamais dans le sommeil la rose du bonheur n'a fleuri pour personne... la saison des roses et du vin et des compagnons ivres ! soit heureux un instant, cet instant c'est ta vie vois, la brise a déchiré la robe de la rose, de la rose dont le rossignol était enamouré ; faut-il pleurer sur elle, faut-il pleurer sur nous la mort viendra nous effeuiller et d'autres roses refleuriront.   Omar KHAYYAM [Les Quatrains – 1924]
09 octobre 2012

À Trianon - Augusta Holmès

À Trianon   Suivez-moi, Marquise, Parmi les parfums et la brise, Vers le Temple d'Amour Qui nous sourit aux derniers rais du jour, Suivez-moi, Bergère, Parmi la mousse et la fougère,   Et les fleurs s'ouvrant sous vos pas, Diront: " d'Amour, la mère Est plus sévère, Et Flore a moins d'appas ! " Venez sous l'aubépine rose, Moins rose que ta lèvre éclose !   Permettez qu'enfin je repose Mon front tout près de votre cœur ! Votre sein bat plus vite... En vain votre regard m'évite... Ta main si frêle est... [Lire la suite]
02 octobre 2012

Citation à penser

La rose est plantée dans la terre, le chrysanthème est cultivé dans le brouillard.Paul CLAUDEL
Posté par muze15 à 05:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 septembre 2012

Marie, vous avez la joue aussi vermeille - Pierre de Ronsard

Marie, vous avez la joue aussi vermeille   Marie, vous avez la joue aussi vermeille Qu'une rose de mai, vous avez les cheveux De couleur de châtaigne, entrefrisés de nœuds, Gentement tortillés tout autour de l'oreille.   Quand vous étiez petite, une mignarde abeille Dans vos lèvres forma son doux miel savoureux, Amour laissa ses traits dans vos yeux rigoureux, Pithon vous fit la voix à nulle autre pareille.   Vous avez les tétins comme deux monts de lait, Qui pommellent ainsi qu'au printemps nouvelet ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,

20 juillet 2012

Au jardin - Jules Renard

Au jardin   LA BICHE. - Fac et spera. LA PIOCHE. - Moi aussi. LES FLEURS. - Fera-t-il soleil aujourd'hui ? LE TOURNESOL. - Oui, si je veux. L'ARROSOIR. - Pardon, si je veux, il pleuvra, j'ôte ma pomme, à torrents. LE ROSIER. - Oh ! quel vent ! LE TUTEUR. - Je suis là. et , si LA FRAMBOISE. - Pourquoi les roses ont-elles des épines ? Ça ne se mange pas, une rose. LA CARPE DU VIVIER. - Bien dit ! C'est parce qu'on me mange que je pique, moi, avec mes arêtes LE CHARDON. - Oui, mais trop tard. LA ROSE. - Me trouves-tu... [Lire la suite]
14 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [VIII]

La rose de l'infante   Cependant, sur le bord du bassin, en silence, L’infante tient toujours sa rose gravement, Et, doux ange aux yeux bleus, la baise par moment. Soudain un souffle d’air, une de ces haleines Que le soir frémissant jette à travers les plaines, Tumultueux zéphyr effleurant l’horizon, Trouble l’eau, fait frémir les joncs, met un frisson Dans les lointains massifs de myrte et d’asphodèle, Vient jusqu’au bel enfant tranquille, et, d’un coup d’aile, Rapide, et secouant même l’arbre voisin, Effeuille... [Lire la suite]
13 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [VII]

La rose de l'infante   Ô rictus du vampire assouvissant sa faim ! Cette pâle Angleterre, il la tient donc enfin ! Qui pourrait la sauver ? Le feu va prendre aux poudres. Philippe dans sa droite a la gerbe des foudres ; Qui pourrait délier ce faisceau dans son poing ? N’est-il pas le seigneur qu’on ne contredit point ? N’est-il pas l’héritier de César ? le Philippe Dont l’ombre immense va du Gange au Pausilippe ? Tout n’est-il pas fini quand il a dit : Je veux ! N’est-ce pas lui qui tient la victoire aux cheveux ? ... [Lire la suite]
12 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [VI]

La rose de l'infante   Charles fut le vautour, Philippe est le hibou.   Morne en son noir pourpoint, la toison d’or au cou, On dirait du destin la froide sentinelle ; Son immobilité commande ; sa prunelle Luit comme un soupirail de caverne ; son doigt Semble, ébauchant un geste obscur que nul ne voit, Donner un ordre à l’ombre et vaguement l’écrire. Chose inouïe ! il vient de grincer un sourire. Un sourire insondable, impénétrable, amer. C’est que la vision de son armée en mer Grandit de plus en plus dans sa... [Lire la suite]