02 mars 2012

Théra - Anatole France

Théra   Cette outre en peau de chèvre, ô buveur, est gonflée De l'esprit éloquent des vignes que Théra, Se tordant sur les flots, noire, déchevelée Étendit au puissant soleil qui les dora.   Théra ne s'orne plus de myrtes ni d'yeuses, Ni de la verte absinthe agréable aux troupeaux, Depuis que, remplissant ses veines furieuses, Le feu plutonien l'agite sans repos.   Son front grondeur se perd sous une rouge nue ; Des ruisseaux dévorants ouvrent ses mamelons ; Ainsi qu'une Bacchante, elle est farouche et... [Lire la suite]

17 juillet 2010

L'Orgie parisienne ou Paris se repeuple - Arthur Rimbaud [5]

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
15 novembre 2009

Soleil - Madeleine Riffaud

Soleil Je te donne mon souffle Et la dernière flamme. Et je prends ta chaleur Pour oublier le noir, l’inconnu et la peur. Je te donne La course de mon cœur Le dessin des cheveux sur la plage des draps. Je veux prendre ta vie dans mon sang. Je veux perdre ma vie dans tes mains. Je m’en vais poignardée Dérivant dans tes veines Et je renais en flamme Et te ferme les yeux. Tu es aveugle. Pour mieux voir Quand tu chavires avec nous un soleil éclaté : Je suis plus près que tu ne crois. Madeleine... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
21 mars 2009

Le poème - Claude Albarède

Le poème Le poème tient dans la mainle temps d'un voyage à fleur de chair A la lisière d'un bruit fragiledont l'envie dure Au remous des sables galantsquand la mer se retroussepour arranger l'étoile... Avec ses trous d'oiseauxc'est la maison du printemps Avec ses veines bleuesc'est l'habité par ses douleurs Avec ses feuillesqui ont plus que du vent à raconterc'est la permission de séjour Avec ses fruitstombés à terreil décide des grands départs. Claude ALBAREDE Né à Sète en 1937, dans l'ambiance valéryenne... [Lire la suite]