Sache que Palinure enseigna son vestige

 

Sache que Palinure enseigna son vestige

Au Prince, descendu sur les stygiens bords,

Errant là-bas en peine, à cause que le corps

Qui n'a point de tombeau cent ans son âme afflige.

 

L'amoureuse pitié, Marie, ainsi t'oblige

De donner sépulture à moi, las, qui m'endors

D'un sommeil effroyable, et qui parmi les morts,

Laissant mes yeux gelés, ombre noire voltige.

 

Hélas quel voltiger, quel chemin faut-il prendre,

En l'éternelle nuit, par où puis-je descendre ?

Je m'étonne de voir tant de sombres déserts.

 

Dieux songes, qui dormez sous la feuille immortelle,

Venez à moi quelqu'un me conduire aux Enfers,

Où serait Paradis si vous aviez ma belle.

 

Christofle de BEAUJEU

(1550-?)