07 janvier 2010

Saltimbanques - Guillaume Apollinaire

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]

31 octobre 2009

Automne - Guillaume Apollinaire

Automne Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneuxEt son boeuf lentement dans le brouillard d'automneQui cache les hameaux pauvres et vergogneuxEt s'en allant là-bas le paysan chantonneUne chanson d'amour et d'infidélitéQui parle d'une bague et d'un coeur que l'on briseOh! l'automne l'automne a fait mourir l'été Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises Guillaume APOLLINAIRE
04 juillet 2009

C'est l'extase langoureuse - Paul Verlaine

C'est l'extase langoureuse C'est l'extase langoureuse,C'est la fatigue amoureuse,C'est tous les frissons des boisParmi l'étreinte des brises,C'est, vers les ramures grises,Le chœur des petites voix. O le frêle et frais murmure !Cela gazouille et susurre,Cela ressemble au cri douxQue l'herbe agitée expire...Tu dirais, sous l'eau qui vire,Le roulis sourd des cailloux. Cette âme qui se lamenteEn cette plainte dormante,C'est la nôtre, n'est-ce pas ?La mienne, dis, et la tienne,Dont s'exhale l'humble antiennePar ce tiède soir,... [Lire la suite]