02 avril 2013

Solitude - Marceline Desbordes-Valmore

Solitude   Abîme à franchir seule, où personne, oh ! Personne Ne touchera ma main froide à tous après toi : Seulement à ma porte, où quelquefois Dieu sonne, Le pauvre verra, lui, que je suis encor moi,   Si je vis ! Puis, un soir, ton essor plus paisible S'abattra sur mon cœur immobile, brisé Par toi ; mais tiède encor d'avoir été sensible Et vainement désabusé !   Marceline DESBORDES-VALMORE(1786-1859)[Pauvres fleurs -1839]

12 novembre 2011

Soir d'automne - Henri de Régnier

Soir d'automne   Il est doux, ô mes yeux, lorsque le vent d'automne Cesse de s'acharner à l'arbre dont frissonne Le spectre dépouillé qui craque et tremble encor, De voir, dans l'air muet, où son vol se balance, Tomber en tournoyant à travers le silence, Une dernière feuille d'or.   Quand au jour éclatant qui se voile succède Le crépuscule lent, humide, mol et tiède, Qui fait perler la mousse au dos des bancs velus, Il est doux, au jardin mystérieux, d'entendre Résonner dans le soir le rire obscur et tendre Des... [Lire la suite]
15 septembre 2011

Douceur féline - Guy de Maupassant

Douceur féline   Rien n'est plus doux Rien ne donne à la peau une sensation Plus délicate Plus raffinée Plus rare Que la robe tiède et vibrante d'un chat.   Guy de MAUPASSANT (1886) [Gil Blas]
Posté par muze15 à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
12 juillet 2011

Chatte persane - Anna de Noailles

Chatte persane   La chambre, où l’été monotone Confine les ors de sa gloire. Une brise tiède frissonne Et creuse d’argentines moires Sur la chatte aux yeux de démone Qui, sournoise et longue, vient boire Dans le vase des anémones …   Anna de NOAILLES [Derniers vers - Éditions Grasset, 1934]