10 avril 2013

Adieu à l'enfance - Ondine Valmore

Adieu à l'enfance   Adieu mes jours enfants, paradis éphémère ! Fleur que brûle déjà le regard du soleil, Source dormeuse où rit une douce chimère, Adieu ! L'aurore fuit. C'est l'instant du réveil !   J'ai cherché vainement à retenir tes ailes Sur mon cœur qui battait, disant : " Voici le jour ! " J'ai cherché vainement parmi mes jeux fidèles A prolonger mon sort dans ton calme séjour ;   L'heure est sonnée, adieu mon printemps, fleur sauvage ; Demain tant de bonheur sera le souvenir. Adieu ! Voici l'été ;... [Lire la suite]

13 septembre 2012

Plus vite, mûrissez ! - Goethe

Plus vite, mûrissez !   Verdis, plus épais, Feuillage de la treille Au bord de ma fenêtre. Jaillissez, plus serrés, Grains jumeaux de la grappe, Plus pleine, plus vite mûrissez ! Le soleil vous couve Sous son regard d’adieu. Du ciel propice Le souffle vous charme. D’une magique haleine La lune vous baigne. Hélas ! aussi vous humectent, De ces yeux jaillissant, Éternelle source de vie, Les larmes de la vie, Les larmes de l’amour.   Johann Wolfgang von GOETHE [Chansons – 1776]
27 mai 2012

Ô Fontaine Bellerie - Pierre de Ronsard

Ô Fontaine Bellerie   Ô Fontaine Bellerie, Belle fontaine chérie De nos Nymphes, quand ton eau Les cache au creux de ta source, Fuyantes le Satyreau, Qui les pourchasse à la course Jusqu'au bord de ton ruisseau,   Tu es la Nymphe éternelle De ma terre paternelle : Pource en ce pré verdelet Vois ton Poète qui t'orne D'un petit chevreau de lait, A qui l'une et l'autre corne Sortent du front nouvelet.   L'Été je dors ou repose Sur ton herbe, où je compose, Caché sous tes saules verts, Je ne sais quoi,... [Lire la suite]
29 mars 2012

À Marceline Desbordes Valmore - Albert Samain

À Marceline Desbordes Valmore   L’amour, dont l’autre nom sur terre est la douleur, De ton sein fit jaillir une source écumante, Et ta voix était triste et ton âme charmante, Et de toi la pitié divine eût fait sa sœur.   Ivresse ou désespoir, enthousiasme ou langueur, Tu jetais tes cris d’or à travers la tourmente ; Et les vers qui brûlaient sur ta bouche d’amante Formaient leur rythme aux seuls battements de ton cœur.   Aujourd’hui, la justice, à notre voix émue, Vient, la palme à la main, vers ta noble... [Lire la suite]
03 février 2012

La prière - Alphonse de Lamartine [IV]

La prière   Ma pensée, embrassant tes attributs divers, Partout autour de soi te découvre et t'adore, Se contemple soi-même et t'y découvre encore Ainsi l'astre du jour éclate dans les cieux, Se réfléchit dans l'onde et se peint à mes yeux. C'est peu de croire en toi, bonté, beauté suprême ; Je te cherche partout, j'aspire à toi, je t'aime ; Mon âme est un rayon de lumière et d'amour Qui, du foyer divin, détaché pour un jour, De désirs dévorants loin de toi consumée, Brûle de remonter à sa source enflammée. Je... [Lire la suite]
31 décembre 2011

La source - Louis Guillaume

La source   Tout au long de l’année Me parle cette source En janvier enneigée, En février gelée, En mars encore boueuse, En avril chuchotante, En mai garnie de fleurs, En juin toute tiédeur, En juillet endormie, En août presque tarie, En septembre chantante, En octobre dorée, En novembre frileuse, En décembre glacée. C’est toi, petite source, Le cœur de la forêt !   Louis GUILLAUME

11 décembre 2011

Citation à penser

Ne jette pas de pierre dans la source où tu t’es désaltéré.TALMUD
Posté par muze15 à 05:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [VII]

Pensées des Morts   Les mondes que tu répares Devant toi vont rajeunir, Et jamais tu ne sépares Le passé de l’avenir ; Tu vis ! Et tu vis ! les âges, Inégaux pour tes ouvrages, Sont tous égaux sous ta main ; Et jamais ta voix ne nomme, Hélas ! Ces trois mots de l’homme : Hier, aujourd’hui, demain !   Ô Père de la nature, Source, abîme de tout bien, Rien à toi ne se mesure, Ah ! Ne te mesure à rien ! Mets, ô divine clémence, Mets ton poids dans la balance, Si tu pèses le néant ! Triomphe, ô vertu suprême !... [Lire la suite]
28 juin 2011

Midi - Charles-Marie Leconte de Lisle

Midi   Midi, Roi des étés, épandu sur la plaine, Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu. Tout se tait. L'air flamboie et brûle sans haleine ; La Terre est assoupie en sa robe de feu.   L'étendue est immense, et les champs n'ont point d'ombre, Et la source est tarie où buvaient les troupeaux ; La lointaine forêt, dont la lisière est sombre, Dort là-bas, immobile, en un pesant repos.   Seuls, les grands blés mûris, tels qu'une mer dorée, Se déroulent au loin, dédaigneux du sommeil ; Pacifiques... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
22 juin 2011

Je me cache dans les bagages du soleil - Jocelyne Curtil

Je me cache dans les bagages du soleil   Le soleil aujourd'hui, Je me le suis donné. J'en ai mis plein mes poches Et dans d'autres endroits Où mes mains ne vont pas. Je peux escalader Ce qui me séparait. Je peux montrer aux gens Comment c'est, la lumière. Je me cache dans les bagages du soleil, à liserés de source, à serrures de cigales. Le soleil meurt : son sang ruisselle aux devantures.   Jocelyne CURTIL [Le soleil sous la peau]