17 octobre 2012

Je tombais de sommeil - Omar Khayyam

Je tombais de sommeil…   Je tombais de sommeil et la sagesse me dit: jamais dans le sommeil la rose du bonheur n'a fleuri pour personne... la saison des roses et du vin et des compagnons ivres ! soit heureux un instant, cet instant c'est ta vie vois, la brise a déchiré la robe de la rose, de la rose dont le rossignol était enamouré ; faut-il pleurer sur elle, faut-il pleurer sur nous la mort viendra nous effeuiller et d'autres roses refleuriront.   Omar KHAYYAM [Les Quatrains – 1924]

05 septembre 2012

À la nuit - Anna de Noailles

À la nuit   Nuits où meurent l'azur, les bruits et les contours, Où les vives clartés s'éteignent une à une, Ô nuit, urne profonde où les cendres du jour Descendent mollement et dansent à la lune,   Jardin d'épais ombrage, abri des corps déments, Grand cœur en qui tout rêve et tout désir pénètre Pour le repos charnel ou l'assouvissement, Nuit pleine des sommeils et des fautes de l'être,   Nuit propice aux plaisirs, à l'oubli, tour à tour, Où dans le calme obscur l'âme s'ouvre et tressaille Comme une fleur... [Lire la suite]
29 août 2012

La sieste - José-Maria de Hérédia

La sieste   Pas un seul bruit d'insecte ou d'abeille en maraude, Tout dort sous les grands bois accablés de soleil Où le feuillage épais tamise un jour pareil Au velours sombre et doux des mousses d'émeraude.,   Criblant le dôme obscur, Midi splendide y rôde Et, sur mes cils mi-clos alanguis de sommeil, De mille éclairs furtifs forme un réseau vermeil Qui s'allonge et se croise à travers l'ombre chaude.   Vers la gaze de feu que trament les rayons, Vole le frêle essaim des riches papillons Qu'enivrent la... [Lire la suite]
12 avril 2012

Sache que Palinure enseigna son vestige - Christofle de Beaujeu

Sache que Palinure enseigna son vestige   Sache que Palinure enseigna son vestige Au Prince, descendu sur les stygiens bords, Errant là-bas en peine, à cause que le corps Qui n'a point de tombeau cent ans son âme afflige.   L'amoureuse pitié, Marie, ainsi t'oblige De donner sépulture à moi, las, qui m'endors D'un sommeil effroyable, et qui parmi les morts, Laissant mes yeux gelés, ombre noire voltige.   Hélas quel voltiger, quel chemin faut-il prendre, En l'éternelle nuit, par où puis-je descendre ? Je... [Lire la suite]
25 mars 2012

Stances au sommeil - Siméon-Guillaume de La Roque

Stances au sommeil   Sommeil, fils de la Nuit, doux repos de notre âme, Qui fait ma belle Nymphe en son lit reposer, Puisque ton charme peut son esprit amuser, Plonge dans l'eau d'oubli le courroux qui l'enflamme.   Fais-lui voir en dormant le regret qui me ronge, La portant au réveil de la haine à l'amour, Si bien qu'en revoyant la lumière du jour, Elle aille racontant mon offense pour songe.   Je suis assez puni pour mon outrecuidance, M'ayant depuis un mois son logis défendu, Il est temps que son cœur... [Lire la suite]
04 mars 2012

Citation à penser

Belle, sans ornement, dans le plus simple appareilD'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil.Jean RACINE[Britannicus]
Posté par muze15 à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 janvier 2012

Plus de neiges aux prés... - Charles-Marie Leconte de Lisle

Plus de neiges aux prés...   Plus de neiges aux prés. La Nymphe nue et belle Danse sur le gazon humide et parfumé ; Mais la mort est prochaine ; et, nous touchant de l'aile, L'heure emporte ce jour aimé.   Un vent frais amollit l'air aigu de l'espace ; L'été brûle ; et voici, de ses beaux fruits chargé, L'Automne au front pourpré ; puis l'Hiver, et tout passe Pour renaitre, et rien n'est changé.   Tout se répare et chante et fleurit sur la terre ; Mais quand tu dormiras de l'éternel sommeil, Ô fier... [Lire la suite]
28 juillet 2011

La déesse qui m’a donné une pomme que je ne méritais pas - Catherine Pozzi

La déesse qui m’a donné une pomme que je ne méritais pas   Heureux qui, poursuivant un penser qui voyage (Plus loin que Celui-là qui conquit la Toison) Au pays de l’esprit où l’usage est raison, Demeure auprès de vous le reste de son âge !   Un jour d’or tombe encore du ciel sur le village Et le fruit d’or mûrit de l’amère saison ; Mais le sommeil exquis de l’étroite maison Abrite un univers, et beaucoup davantage.   Car les beaux noms sans corps qui n’ont pas eu d’aieux Empliront son séjour du vide... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
28 juin 2011

Midi - Charles-Marie Leconte de Lisle

Midi   Midi, Roi des étés, épandu sur la plaine, Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu. Tout se tait. L'air flamboie et brûle sans haleine ; La Terre est assoupie en sa robe de feu.   L'étendue est immense, et les champs n'ont point d'ombre, Et la source est tarie où buvaient les troupeaux ; La lointaine forêt, dont la lisière est sombre, Dort là-bas, immobile, en un pesant repos.   Seuls, les grands blés mûris, tels qu'une mer dorée, Se déroulent au loin, dédaigneux du sommeil ; Pacifiques... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
23 juin 2011

Été - Stuart Merrill

Été   Le clair soleil d’avril ruisselle au long des bois. Sous les blancs cerisiers et sous les lilas roses C’est l’heure de courir au rire des hautbois.   Vos lèvres et vos seins, ô les vierges moroses, Vont éclore aux baisers zézayants du zéphyr Comme aux rosiers en fleur les corolles des roses.   Déjà par les sentiers où s’étouffe un soupir, Au profond des taillis où l’eau pure murmure, Dans le soir où l’on sent le sommeil s’assoupir,   Les couples d’amoureux dont la jeunesse mûre Tressaille de... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,