10 avril 2013

Adieu à l'enfance - Ondine Valmore

Adieu à l'enfance   Adieu mes jours enfants, paradis éphémère ! Fleur que brûle déjà le regard du soleil, Source dormeuse où rit une douce chimère, Adieu ! L'aurore fuit. C'est l'instant du réveil !   J'ai cherché vainement à retenir tes ailes Sur mon cœur qui battait, disant : " Voici le jour ! " J'ai cherché vainement parmi mes jeux fidèles A prolonger mon sort dans ton calme séjour ;   L'heure est sonnée, adieu mon printemps, fleur sauvage ; Demain tant de bonheur sera le souvenir. Adieu ! Voici l'été ;... [Lire la suite]

15 juin 2012

Plus loin que les gares, le soir - Émile Verhaeren

Plus loin que les gares, le soir   L'ombre s'installe, avec brutalité ; Mais les ciseaux de la lumière, Au long des quais, coupent l'obscurité, A coups menus, de réverbère en réverbère.   La gare immense et ses vitraux larges et droits Brillent, comme une châsse, en la nuit sourde, Tandis que des voiles de suie et d'ombre lourde Choient sur les murs trapus et les hautains beffrois.   Et le lent défilé des trains funèbres Commence, avec leurs bruits de gonds Et l'entrechoquement brutal de leurs wagons, ... [Lire la suite]
24 mai 2012

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage - Jean de La Ceppède

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage   Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage Void un fleuve, s'y jette, nage et gaigne le bord. Christ poursuivy de Juifs, nage aux eaux de la mort, Les passe, et vient surgir à l'immortel rivage.   Le Cerf hayt le serpent, l'attaque, le ravage, Le mord et l'engloutit : Christ mortellement mord Le serpent qui fournit à la mort son breuvage Cette mort engloutit, et destruict son effort.   11 a (pour ce qu'il est le vivant et la vie) Cette mort devorée à son... [Lire la suite]
21 mars 2012

Le Génie des forêts - Joseph Lenoir [IV]

Viens donc ! apporte la chaudière, Tu boiras le jus de mes os ! Viens donc ! assouvis ta colère, Tu n'entendras pas pousser de vains sanglots !   A la fin, bondissant de douleur et de rage, L'esprit de la noire forêt Jette dans l'air un cri rauque et sauvage, Ecume, grince et disparaît.   Depuis, nul n'a foulé le morne solitaire, Alors que les vents de la nuit Aux horreurs qui couvrent la terre Ont mêlé leur funèbre bruit.   Car une forme surhumaine, Hâve, dégoûtante de sang, Accourt du milieu de la... [Lire la suite]
09 février 2012

Poésie - Cécile Sauvage [II]

Poésie   L'oiseau jette un cri de gloire Et l'homme ayant joint les doigts A l'air de dire une histoire D'autrefois. Ô plus haute que la vie, Froide et pâle Poésie, Lève-toi Et pleure et danse à la fois.   Allonge vers les bouleaux Tes bras si longs et si beaux, Insaisissable pensée, Et sur ta chair offensée Ramène le triste flot De tes tresses délacées.   Ô tristes et longs sanglots De l'oiseau. L'homme est mort d'avoir osé Un baiser. Il gît blême sur la mousse À jamais dormante et douce Pour... [Lire la suite]
08 février 2012

Poésie - Cécile Sauvage [I]

Poésie   Dans la pelouse endormie Sous l'azur pâle et rêveur, Les brises en accalmie Bercent les bouleaux pleureurs. En ce silence de rêve Une voix d'oiseau Seule et divine s'élève Des bouleaux.   Au jour bas de l'avenue Lointaine sous les rameaux Deux formes sont apparues, Deux corps enlacés et beaux. La femme blanche, légère Dans sa souple nudité, Détourne sur les fougères Un long regard velouté.   Sa tombante chevelure Entoure son sein poli Et, svelte, sa jambe pure, Dans la marche, sort des... [Lire la suite]

29 janvier 2012

Nature, laisse-moi... - Cécile Sauvage

Nature, laisse-moi...   Nature, laisse-moi me mêler à ta fange, M'enfoncer dans la terre où la racine mange, Où la sève montante est pareille à mon sang. Je suis comme ton monde où fauche le croissant Et sous le baiser dru du soleil qui ruisselle, J'ai le frisson luisant de ton herbe nouvelle. Tes oiseaux sont éclos dans le nid de mon cœur, J'ai dans la chair le goût précis de ta saveur, Je marche à ton pas rond qui tourne dans la sphère, Je suis lourde de glèbe, et la branche légère Me prête sur l'azur son geste... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
28 décembre 2011

Citation à penser

La pensée mythique dispose d'un trésor d'images accumulées par l'observation du monde naturel : animaux, plantes avec leurs habitats, leurs caractères distinctifs, leurs emplois dans une culture déterminée. Elle combine ces éléments pour construire un sens, comme le bricoleur, confronté à une tâche, utilise les matériaux pour leur donner une autre signification, si je puis dire, que celle qu'ils tenaient de leur première destination.Claude LÉVI-STRAUSS[La Pensée sauvage, 1962]
12 décembre 2011

Fleur d'enfance - Marceline Desbordes-Valmore

Fleur d'enfance   L'haleine d'une fleur sauvage, En passant tout près de mon cœur, Vient de m'emporter au rivage, Où naguère aussi j'étais fleur : Comme au fond d'un prisme où tout change, Où tout se relève à mes yeux, Je vois un enfant aux yeux d'ange : C'était mon petit amoureux !   Parfum de sa neuvième année, Je respire encor ton pouvoir ; Fleur à mon enfance donnée, Je t'aime ! comme son miroir. Nos jours ont séparé leur trame, Mais tu me rappelles ses yeux ; J'y regardais flotter mon âme : C'était mon... [Lire la suite]
19 novembre 2011

Le vent - Émile Verhaeren

Le vent   Sur la bruyère longue infiniment, Voici le vent cornant Novembre, Sur la bruyère, infiniment, Voici le vent Qui se déchire et se démembre, En souffles lourds battant les bourgs, Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre.   Aux puits des fermes, Les seaux de fer et les poulies Grincent. Aux citernes des fermes, Les seaux et les poulies Grincent et crient Toute la mort dans leurs mélancolies. Le vent rafle, le long de l'eau, Les feuilles vertes des bouleaux, Le vent sauvage de Novembre ; Le vent... [Lire la suite]