21 mai 2012

Ballade de la convenance de se déshabiller au printemps - Catulle Mendès

Ballade de la convenance de se déshabiller au printemps   La Seine, clair ciel à l'envers, S'ensoleille comme le Tage ! Laisse éclore des menus vairs Tes bras, ta gorge et davantage. Au diable l'imbécile adage : " Avril. Ne quitte pas un fil. " Il ne sied qu'aux personnes d'âge. Quitte tout, ma mie, en avril !   Quand Zéphyr dévêt des hivers La colline après un long stage, Pourquoi resteraient-ils couverts Les seins de lys qu'un val partage ? Vent ! déchire en ton brigandage Ces brumes : batiste et coutil ! ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

16 septembre 2011

Citation à penser

L'appétit d'écrire enveloppe un refus de vivre.Jean-Paul SARTRE
Posté par muze15 à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 août 2010

Divagation - Muze15

Colère incandescenteRefus du destin de mortMiasmes insonores
Posté par muze15 à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
18 juillet 2010

Divagation - Muze15

Phare du soirFeu de vie feu d'envieRefus du désespoir
Posté par muze15 à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
28 juin 2009

Citation à penser

Le silence est un refus d'appartenir.Camille LAURENS[L'avenir]
Posté par muze15 à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 mai 2009

Le jour passé de ta douce - Maurice Scève

Le jour passé de ta douce Le jour passé de ta douce présence Fut un serein en hiver ténébreux, Qui fait prouver la nuit de ton absence À l’œil de l’âme être un temps plus ombreux, Que n’est au Corps ce mien vivre encombreux, Qui maintenant me fait de soi refus. Car dès le point, que partie tu fus, Comme le Lièvre accroupi en son gîte, Je tends l’oreille, oyant un bruit confus, Tout éperdu aux ténèbres d’Égypte. Maurice SCÈVE(1544)[Délie]
Posté par muze15 à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
17 octobre 2008

Il faut quelquefois pousser les passants - Olivier Barbarant

Il faut quelquefois pousser les passants Il faut quelquefois pousser les passants, s'extrairede la foule, de la rumeur du monde, sans bien savoirs'il y a mieux à faire vraiment que plonger ici-bas,s'indigner, s'en tenir au journal, à la bataille utileaprès tout contre les mots mis à l'envers,ou le glaive aberrant : ces larmesdu moins sont vraies, et ne suffisentpourtant pas. On va glanantd'autres chagrins plus haut que les pavés, plus loin que la pauvre terre à notre hauteur. On cherched'autres drames dans le jour jaune, on ne sait... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,