01 septembre 2012

Un seul je hais, qui deux me fait aimer - Pernette du Guillet

Un seul je hais, qui deux me fait aimer   Un seul je hais, qui deux me fait aimer Plus par pitié d'aveuglée jeunesse, Qui trouve doux ce que je trouve amer, Que par instinct d'amoureuse détresse, Laquelle toute au quatrième m'adresse, Le voyant tout en moi s'iniquiter.   Par quoi, voulant envers tous m'acquitter, Contrainte suis - afin que ne m'écarte - Fuyant les trois, le quatrième quitter, Pour non trembler si grosse fièvre quarte.   Pernette du GUILLET (1520-1545) [Rymes XLV]

12 avril 2012

Sache que Palinure enseigna son vestige - Christofle de Beaujeu

Sache que Palinure enseigna son vestige   Sache que Palinure enseigna son vestige Au Prince, descendu sur les stygiens bords, Errant là-bas en peine, à cause que le corps Qui n'a point de tombeau cent ans son âme afflige.   L'amoureuse pitié, Marie, ainsi t'oblige De donner sépulture à moi, las, qui m'endors D'un sommeil effroyable, et qui parmi les morts, Laissant mes yeux gelés, ombre noire voltige.   Hélas quel voltiger, quel chemin faut-il prendre, En l'éternelle nuit, par où puis-je descendre ? Je... [Lire la suite]
28 février 2012

Psaume VI - Jean-Antoine du Baïf

Psaume VI   Sire, en ton courroux ne me viens convaincre du forfait : Non ne me viens châtier en ta bouillante fureur.   Miséricorde de moi, Seigneur, car faible je languis. Ô, guéris moi, Seigneur : j'ai tous mes os étonnés.   Même mon âme se trouble de peur, tremblante dedans moi Fort étonnée. Mais toi Sire jusques à quand ?   Change d'avis, et te tourne, Seigneur : mon âme délivrant, Sauf du péril tire moi par ta clémente pitié :   Puisqu'à la mort oublieuse, de toi la mémoire s'amortit. Mais... [Lire la suite]
14 janvier 2012

Sed non satiata - Charles Baudelaire

Sed non satiata   Bizarre déité, brune comme les nuits, Au parfum mélangé de musc et de havane, Œuvre de quelque obi, le Faust de la savane, Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,   Je préfère au constance, à l'opium, aux nuits, L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ; Quand vers toi mes désirs partent en caravane, Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.   Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme, Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ; Je ne suis pas le Styx... [Lire la suite]
01 décembre 2011

Stances de Madame, sœur du Roi - Catherine de Bourbon [II]

Stances de Madame, sœur du Roi   Mon oreille, Seigneur, n'est-elle pas coupable, Qui devait écouter ta sainte vérité Et y prendre plaisir : ingrate elle a été, Sourde à ouïr ta voix et ouverte à la fable.   Que dirai-je, mon Dieu, de mes yeux infidèles, Qui au lieu de jeter leur regard vers les cieux D'où leur vient le salut, aveuglés aiment mieux Les arrêter ici sur des beautés mortelles.   Mes mains ne font pas mieux, s'amusant à écrire, Au lieu de ta louange, un discours inventé, Lorsque jointes... [Lire la suite]
24 novembre 2011

La danseuse aux mille pieds - Francis Yard

La danseuse aux mille pieds   La danseuse aux mille pieds Qui revient quand on s'ennuie, Lorsque les rondins mouillés, Sur les deux chenets rouillés, Pleurent noir comme la suie,   C'est la pluie, C'est la pluie.   La danseuse aux mille pieds Qui revient quand on s'ennuie, Quand les beaux jours oubliés, Dans les bois et les sentiers, Pleurent l'hirondelle enfuie,   C'est la pluie, C'est la pluie.   La danseuse aux mille pieds Qui revient quand on s'ennuie, Qui danse des jours entiers, ... [Lire la suite]

31 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [VII]

Pensées des Morts   C’est un ami de l’enfance, Qu’aux jours sombres du malheur Nous prêta la Providence Pour appuyer notre cœur ; Il n’est plus ; notre âme est veuve, Il nous suit dans notre épreuve Et nous dit avec pitié : Ami, si ton âme est pleine, De ta joie ou de ta peine Qui portera la moitié ?   C’est l’ombre pâle d’un père Qui mourut en nous nommant ; C’est une sœur, c’est un frère, Qui nous devance un moment ; Sous notre heureuse demeure, Avec celui qui les pleure, Hélas ! Ils dormaient hier ! Et... [Lire la suite]
26 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [II]

Pensées des Morts   C'est un ami de l'enfance Qu'aux jours sombres du malheur Nous prêta la providence Pour appuyer notre cœur Il n'est plus : notre âme est veuve Il nous suit dans notre épreuve Et nous dit avec pitié « Ami si ton âme et pleine De ta joie ou de ta peine Qui portera la moitié ? »   C'est une jeune fiancée Qui, le front ceint du bandeau N'emporta qu'une pensée De sa jeunesse au tombeau Triste, hélas ! Dans le ciel même Pour revoir celui qu'elle aime Elle revient sur ses pas Et lui... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
02 octobre 2011

Le cimetière marin - Paul Valéry [III]

Le cimetière marin   L'âme exposée aux torches du solstice, Je te soutiens, admirable justice De la lumière aux armes sans pitié ! Je te tends pure à ta place première, Regarde-toi ! . . . Mais rendre la lumière Suppose d'ombre une morne moitié.   O pour moi seul, à moi seul, en moi-même, Auprès d'un cœur, aux sources du poème, Entre le vide et l'événement pur, J'attends l'écho de ma grandeur interne, Amère, sombre, et sonore citerne, Sonnant dans l'âme un creux toujours futur !   Sais-tu, fausse captive... [Lire la suite]
21 septembre 2010

Chanson - Honoré d'Urfé

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } Chanson Dessus les bords d'une fontaine D'humide mousse revêtus, Dont l'onde à maints replis tortus S'allait égarant dans la plaine, Un berger se mirant en l'eau Chantait ces vers au chalumeau : ... [Lire la suite]