19 janvier 2014

Citation à penser

Le maître qui va, parmi ses disciples, à l’ombre du temple, ne leur transmet pas sa sagesse, mais plutôt sa foi et sa tendresse. S’il est vraiment sage, il ne vous invitera pas  à entrer dans le logis de sa sagesse, mais vous conduira bien plutôt jusqu’au seuil de votre propre esprit.Khalil GIBRAN

13 janvier 2014

Citation à penser

Les dieux du bocage ont disparu de cette terre sans ombre.Gérard de NERVAL
Posté par muze15 à 05:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 juillet 2013

Citation à penser

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver, on pense au soleil et, quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre. Vous voyez bien que je vous aime de toute mon âme !Victor HUGO[Lettre à Juliette Drouet]
Posté par muze15 à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
02 juillet 2013

Citation à penser

L'envie est l'ombre de la gloire, et la suit toujours.Louis-Philippe de SÉGUR
Posté par muze15 à 04:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 avril 2013

Ne fuis pas encore - Marguerite Desbordes-Valmore

Ne fuis pas encore   Tu crois, s'il fait sombre, Qu'on ne te voit pas, Non plus qu'une autre ombre, Glissant sur tes pas ? Mais l'air est sonore, Et ton pied bondit... Ne fuis pas encore : Je n'ai pas tout dit !   À qui ce gant rose Qui n'est pas le mien ? Quel parfum t'arrose, Qui n'est plus le tien ? Tu ris, mais prends garde, Ta lèvre pâlit... Moi je te regarde : Je n'ai pas tout dit !   Sur ton cœur cachées Des fleurs vont mourir ; Les as-tu cherchées Pour me les offrir ? Vois ! La lune... [Lire la suite]
23 octobre 2012

Le clair jardin c'est la santé - Émile Verhaeren

Le clair jardin c'est la santé   Le clair jardin c'est la santé.   Il la prodigue, en sa clarté, Au va-et-vient de ses milliers de mains, De palmes et de feuilles,   Et la bonne ombre, où il accueille, Après de longs chemins, Nos pas, Verse, à nos membres las, Une force vivace et douce Comme ses mousses.   Quand l'étang joue avec le vent et le soleil, Un cœur vermeil Semble habiter au fond de l'eau Et battre, ardent et jeune, avec le flot ; Et les glaïeuls dardés et les roses ferventes, Qui dans... [Lire la suite]

20 octobre 2012

À George Sand (III) - Alfred de Musset

À George Sand (III)   Puisque votre moulin tourne avec tous les vents, Allez, braves humains, où le vent vous entraîne ; Jouez, en bons bouffons, la comédie humaine ; Je vous ai trop connus pour être de vos gens.   Ne croyez pourtant pas qu'en quittant votre scène, Je garde contre vous ni colère ni haine, Vous qui m'avez fait vieux peut-être avant le temps ; Peu d'entre vous sont bons, moins encor sont méchants.   Et nous, vivons à l'ombre, ô ma belle maîtresse ! Faisons-nous des amours qui n'aient pas de... [Lire la suite]
15 septembre 2012

Le jardin et la maison - Anna de Noailles

Le jardin et la maison   Voici l'heure où le pré, les arbres et les fleurs Dans l'air dolent et doux soupirent leurs odeurs.   Les baies du lierre obscur où l'ombre se recueille Sentant venir le soir se couchent dans leurs feuilles,   Le jet d'eau du jardin, qui monte et redescend, Fait dans le bassin clair son bruit rafraîchissant ;   La paisible maison respire au jour qui baisse Les petits orangers fleurissant dans leurs caisses.   Le feuillage qui boit les vapeurs de l'étang Lassé des feux du... [Lire la suite]
02 septembre 2012

Géranium - Alphonse de Lamartine

Géranium   Emblème de la nuit, ta fleur rougeâtre et sombre, Géranium, attend la nuit pour embaumer. Ton parfum hait le jour et se répand dans l'ombre. Oh ! dites, dites-moi, vous qui savez aimer, Dieu, comme cette fleur, n'a-t-il pas fait votre âme ?   N'est-il pas vrai qu'à ceux dont le cœur est de flamme Le monde et la clarté sont toujours importuns ? Et n'est-ce pas la nuit, et sous l'œil solitaire De la lune voilée, amante du mystère, Que l'amour doit sur nous épancher ses parfums ?   Alphonse de... [Lire la suite]
29 août 2012

La sieste - José-Maria de Hérédia

La sieste   Pas un seul bruit d'insecte ou d'abeille en maraude, Tout dort sous les grands bois accablés de soleil Où le feuillage épais tamise un jour pareil Au velours sombre et doux des mousses d'émeraude.,   Criblant le dôme obscur, Midi splendide y rôde Et, sur mes cils mi-clos alanguis de sommeil, De mille éclairs furtifs forme un réseau vermeil Qui s'allonge et se croise à travers l'ombre chaude.   Vers la gaze de feu que trament les rayons, Vole le frêle essaim des riches papillons Qu'enivrent la... [Lire la suite]