01 octobre 2011

Le cimetière marin - Paul Valéry [II]

Le cimetière marin   Temple du Temps, qu'un seul soupir résume, À ce point pur je monte et m'accoutume, Tout entouré de mon regard marin ; Et comme aux dieux mon offrande suprême, La scintillation sereine sème Sur l'altitude un dédain souverain.   Comme le fruit se fond en jouissance, Comme en délice il change son absence Dans une bouche où sa forme se meurt, Je hume ici ma future fumée, Et le ciel chante à l'âme consumée Le changement des rives en rumeur.   Beau ciel, vrai ciel, regarde-moi qui change !... [Lire la suite]

05 septembre 2011

Petits moutons - Antoinette Deshoulières

Hélas ! Petits moutons, que vous êtes heureux ! Vous paissez dans nos champs sans souci, sans alarmes, Aussitôt aimés qu’amoureux ! On ne vous force point à répandre des larmes ; Vous ne formez jamais d’inutiles désirs. Dans vos tranquilles cœurs l’amour suit la nature ; Sans ressentir ses maux, vous avez ses plaisirs. L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture, Qui font tant de maux parmi nous, Ne se rencontrent point chez vous. Cependant nous avons la raison pour partage, Et vous en ignorez l’usage. Innocents animaux, n’en soyez... [Lire la suite]
22 septembre 2010

Citation à penser

Que mon oisiveté, lorsque je n'ai rien à faire, soit et demeure une source de paix, comme l'est un soir sur la plage lorsque la mer fait silence.Rabindranath TAGORE(1861-1941)
Posté par muze15 à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
09 avril 2009

Le paresseux - Marc-Antoine de Saint-Amant

Le paresseux Accablé de paresse et de mélancolie, Je rêve dans un lit où je suis fagoté, Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté, Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie. Là, sans me soucier des guerres d’Italie, Du comte Palatin, ni de sa royauté, Je consacre un bel hymne à cette oisiveté Où mon âme en langueur est comme ensevelie. Je trouve ce plaisir si doux et si charmant, Que je crois que les biens me viendront en dormant, Puisque je vois déjà s’en enfler ma bedaine, Et hais tant le travail, que, les yeux... [Lire la suite]