20 novembre 2012

Citation à penser

Ondoyant et divers, tel est le paysage de France, mêlant le clair et l'obscur, l'ordre et l'anarchie, l'intime et l'écrasant.Jean-Robert PITTE[Histoire du paysage français - 1983]

27 septembre 2012

Le cygne - François-René Sully Prudhomme

Le cygne   Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes, Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes, Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil A des neiges d'avril qui croulent au soleil ; Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire, Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire. Il dresse son beau col au-dessus des roseaux, Le plonge, le promène allongé sur les eaux, Le courbe gracieux comme un profil d'acanthe, Et cache son bec noir dans sa gorge éclatante. Tantôt le long des pins,... [Lire la suite]
22 septembre 2012

Obscur vallon, montagne sourcilleuse - Siméon-Guillaume de La Roque

Obscur vallon, montagne sourcilleuse   Obscur vallon, montagne sourcilleuse Qui vers Phœbus tient opposé le dos, Nuit solitaire, hôtesse du repos, Démons voisins de l'onde stygieuse,   Rocher pierreux, et vous caverne hideuse Où les lions et les ours sont enclos, Hiboux, corbeaux, augures d'Atropos, Le seul objet d'une âme malheureuse,   Triste désert du monde abandonné, Je suis esprit à grand tort condamné Aux feux, aux cris d'un Enfer ordinaire,   Et viens à vous pour lamenter mon sort, Fléchir... [Lire la suite]
18 septembre 2012

Chant d'amour - Jacques Peletier du Mans

Chant d'amour   Amour au cœur déjà me fait sentir Des ans passés un honteux repentir Qui me faisait ignorer sa puissance : Déjà en moi je me sens accusé D'ainsi avouer de ma vie abusé, Me repaissant de fausse jouissance.   J'étais content, mais pour rien ne vouloir ; J'étais joyeux de point ne me douloir ; Mon heur passait sans que je l'aperçusse, Je jouissais en l'ombre de mon bien Sans m'en sentir, sans entendre combien Et sans avouer à qui le gré j'en susse.   J'ai maintenant en quoi me réjouir, Je... [Lire la suite]
12 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [VI]

La rose de l'infante   Charles fut le vautour, Philippe est le hibou.   Morne en son noir pourpoint, la toison d’or au cou, On dirait du destin la froide sentinelle ; Son immobilité commande ; sa prunelle Luit comme un soupirail de caverne ; son doigt Semble, ébauchant un geste obscur que nul ne voit, Donner un ordre à l’ombre et vaguement l’écrire. Chose inouïe ! il vient de grincer un sourire. Un sourire insondable, impénétrable, amer. C’est que la vision de son armée en mer Grandit de plus en plus dans sa... [Lire la suite]
01 juillet 2012

Le positivisme - Louise Ackermann

Le positivisme   Il s'ouvre par-delà toute science humaine Un vide dont la Foi fut prompte à s'emparer. De cet abîme obscur elle a fait son domaine ; En s'y précipitant elle a cru l'éclairer. Eh bien ! nous t'expulsons de tes divins royaumes, Dominatrice ardente, et l'instant est venu Tu ne vas plus savoir où loger tes fantômes ; Nous fermons l'Inconnu.   Mais ton triomphateur expiera ta défaite. L'homme déjà se trouble, et, vainqueur éperdu, Il se sent ruiné par sa propre conquête En te dépossédant nous avons... [Lire la suite]

06 juin 2012

Je travaille - Victor Hugo

Je travaille   Amis, je me remets à travailler ; j'ai pris Du papier sur ma table, une plume, et j'écris ; J'écris des vers, j'écris de la prose ; je songe. Je fais ce que je puis pour m'ôter du mensonge, Du mal, de l'égoïsme et de l'erreur ; j'entends Bruire en moi le gouffre obscur des mots flottants ; Je travaille.   Ce mot, plus profond qu'aucun autre, Est dit par l'ouvrier et redit par l'apôtre ; Le travail est devoir et droit, et sa fierté C'est d'être l'esclavage étant la liberté. Le forçat du devoir et... [Lire la suite]
23 avril 2012

Tempête - Jules Breton

Tempête   L'orage s'amoncelle et pèse sur la dune Dont le flanc sablonneux se dresse comme un mur. Par instants, le soleil y darde un faisceau dur De rayons plus blafards qu'un blême éclat de lune.   Les éclairs redoublés tonnent dans l'ombre brune. Le pêcheur lutte et cherche en vain un abri sûr. Bondissant en fureur par l'océan obscur, L'âpre rafale hurle et harcèle la hune.   Les femmes, sur le port, dans le tourbillon noir, Gémissent, implorant une lueur d'espoir... Et la tempête tord le haillon qui... [Lire la suite]
10 mars 2012

Hymne au soleil - Édmond Rostand

Hymne au soleil   Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière, Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel, Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière, Se divise et demeure entière Ainsi que l'amour maternel !   Je te chante, et tu peux m'accepter pour ton prêtre, Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître, L'humble vitre d'une fenêtre Pour lancer ton dernier adieu !   Tu fais tourner les tournesols du presbytère, Luire le frère d'or que... [Lire la suite]
04 février 2012

Citation à penser

Le plus difficile et le plus obscur des livres sacrés, la Genèse, contient autant de secrets que de mots, et chaque mot en cache plusieurs.Saint JÉROME