04 avril 2013

À ma mère - Delphine de Girardin

À ma mère   En vain dans mes rapports ta prudence m'arrête, Ma mère, il n'est plus temps ; tes pleurs m'ont fait poète ! Si j'ai prié le ciel de me les révéler, Ces chants harmonieux, c'est pour te consoler. D'un tel désir pourquoi me verrai-je punie ? Les maux que tu prédis ne sont dus qu'au génie ; À d'illustres malheurs, va, je n'ai pas de droits : Quel cri peut s'élever contre une faible voix ? Vit-on jamais les chants d'une muse pieuse Exciter les clameurs de la foule envieuse ! Non, l'insecte rongeur qui... [Lire la suite]

10 décembre 2012

Jardins - Maurice Carême

Jardins   J’en ai vu des jaunes, des verts, Des rouges, des mauves, des bleus. J’en ai vu qui béaient aux cieux, Fleurs ouvertes comme des yeux. J’en ai même vu des mouillés Entre des murs de prieuré, Quelquefois des mystérieux Se cachant derrière des grilles Et puis des ronds comme des billes, D’autres carrés, d’autres tracés Comme à l’équerre et compassés, D’autres qui arboraient des paons Ainsi que des drapeaux vivants Et d’autres enfin, combien d’autres Bien plus humains que les humains Et qui, cependant,... [Lire la suite]
12 novembre 2011

Soir d'automne - Henri de Régnier

Soir d'automne   Il est doux, ô mes yeux, lorsque le vent d'automne Cesse de s'acharner à l'arbre dont frissonne Le spectre dépouillé qui craque et tremble encor, De voir, dans l'air muet, où son vol se balance, Tomber en tournoyant à travers le silence, Une dernière feuille d'or.   Quand au jour éclatant qui se voile succède Le crépuscule lent, humide, mol et tiède, Qui fait perler la mousse au dos des bancs velus, Il est doux, au jardin mystérieux, d'entendre Résonner dans le soir le rire obscur et tendre Des... [Lire la suite]
04 janvier 2010

À ma mère - Théodore de Banville

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
07 octobre 2009

Chant d'amour (III) - Alphonse de Lamartine

Chant d'amour - III Pourquoi sous tes cheveux me cacher ton visage ?Laisse mes doigts jaloux écarter ce nuage :Rougis-tu d'être belle, ô charme de mes yeux ?L'aurore, ainsi que toi, de ses roses s'ombrage.Pudeur ! honte céleste ! instinct mystérieux,Ce qui brille le plus se voile davantage ;Comme si la beauté, cette divine image,N'était faite que pour les cieux ! Tes yeux sont deux sources vives Où vient se peindre un ciel pur, Quand les rameaux de leurs rives Leur découvrent son azur. Dans ce miroir retracées, Chacune de tes... [Lire la suite]
20 juin 2009

Puisque j'ai mis ma lèvre… - Victor Hugo

Puisque j'ai mis ma lèvre… Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ; Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ; Puisqu'il me fut donné de t'entendre me direLes mots où se répand le cœur mystérieux ;Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourireTa bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ; Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravieUn rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
13 mai 2009

Ophélie - Arthur Rimbaud

Ophélie I Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles La blanche Ophélia flotte comme un grand lys, Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles... - On entend dans les bois lointains des hallalis. Voici plus de mille ans que la triste Ophélie Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir. Voici plus de mille ans que sa douce folie Murmure sa romance à la brise du soir. Le vent baise ses seins et déploie en corolle Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ; Les saules frissonnants pleurent sur son... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
18 mars 2009

Citation à penser

Les jours se sont enfuis, d'un vol mystérieuxMais toujours la jeunesse éclatante et vermeilleFleurit dans ton sourire et brille dans tes yeuxThéodore de BANVILLE
Posté par muze15 à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,