10 décembre 2013

Citation à penser

Bien que dans ma vie de tous les jours je sois un solitaire, la conscience d’appartenir à la communauté silencieuse de ceux qui luttent pour la vérité, la beauté et la justice, m’empêche d’éprouver un sentiment de solitude. L’expérience la plus belle et la plus profonde que puisse faire l’homme est celle du mystère. C’est sur lui que se fondent les religions et toute activité sérieuse de l'art ou de la science. Celui qui n'en fait pas l’expérience me semble être sinon un mort, du moins un aveugle. Sentir que derrière tout ce que nous... [Lire la suite]

22 octobre 2012

Divagation - Muze15

  Joyeuse journéeGrâce Mystère BeautéMagie sur papier  
Posté par muze15 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
19 juillet 2012

Le verger - Anna de Noailles [II]

Le verger   Un goût d'éclosion et de choses juteuses Montera de la courge humide et du melon, Midi fera flamber l'herbe silencieuse, Le jour sera tranquille, inépuisable et long.   Et la maison, avec sa toiture d'ardoises, Laissant sa porte sombre et ses volets ouverts, Respirera l'odeur des coings et des framboises Éparse lourdement autour des buissons verts ;   Mon cœur, indifférent et doux, aura la pente Du feuillage flexible et plat des haricots Sur qui l'eau de la nuit se dépose et serpente Et coule... [Lire la suite]
16 juillet 2012

Les deux jardiniers - Jean-Pierre Claris de Florian

Les deux jardiniers   Deux frères jardiniers avaient par héritage Un jardin dont chacun cultivait la moitié ; Liés d'une étroite amitié, Ensemble ils faisaient leur ménage. L'un d'eux, appelé Jean, bel esprit, beau parleur, Se croyait un très grand docteur ; Et Monsieur Jean passait sa vie A lire l'almanach, à regarder le temps Et la girouette et les vents. Bientôt, donnant l'essor à son rare génie, Il voulut découvrir comment d'un pois tout seul Des milliers de pois peuvent sortir si vite ; Pourquoi la graine du... [Lire la suite]
22 mai 2012

Citation à penser

La mort fut le premier mystère. Elle mit l’homme sur la voie des autres mystères. Elle éleva sa pensée du visible à l’invisible, du passager à l’éternel, de l’humain au divin.Numa Denis FUSTEL de COULANGES
23 mars 2012

Autour de ma maison - Émile Verhaeren [II]

Autour de ma maison   Mais voici l'ombre et le soleil sur le jardin Et des guêpes vibrant là-bas, dans la lumière ; Voici les longs et clairs et sinueux chemins Bordés de lourds pavots et de roses trémières ; Aujourd'hui même, à l'heure où l'été blond s'épand Sur les gazons lustrés et les collines fauves, Chaque pétale est comme une paupière mauve Que la clarté pénètre et réchauffe en tremblant. Les moins fiers des pistils, les plus humbles des feuilles Sont d'un dessin si pur, si ferme et si nerveux Qu'en eux Tout... [Lire la suite]

10 mars 2012

Hymne au soleil - Édmond Rostand

Hymne au soleil   Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière, Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel, Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière, Se divise et demeure entière Ainsi que l'amour maternel !   Je te chante, et tu peux m'accepter pour ton prêtre, Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître, L'humble vitre d'une fenêtre Pour lancer ton dernier adieu !   Tu fais tourner les tournesols du presbytère, Luire le frère d'or que... [Lire la suite]
19 janvier 2012

L'interprète - Maurice Rollinat

L'interprète   L'inclinaison de ce vieux saule Sur le vieil étang soucieux Que pas une brise ne frôle, A quelque chose de pieux.   Et l'on dirait que chaque feuille, Ayant cessé son trémolo, Pompe le mystère de l'eau Et dévotement se recueille.   Or, soudain, y perchant son vol, Voici qu'un petit rossignol, Tendre interprète d'aventure,   Pour l'arbre adresse à l'Inconnu, Dans un lamento soutenu, La prière de la Nature !   Maurice ROLLINAT (1846-1903)
05 novembre 2011

Automne - Raïssa Maritain

Automne   Une branche sur l'oiseau Chantait en perdant ses feuilles   L'automne tenait l'archet Du violon qui gémissait Dans le vent venu de l'ouest Murmurant des choses tristes   Et l'oiseau pleurait tout seul Fleurissant le sombre ormeau De ses larmes en corolles De cristal et d'or nouveau   Et la branche et le moineau Dans la brume pure et grise Ont marié leur nostalgie Au mystère de la nuit.   Raïssa MARITAIN
13 octobre 2011

Les feuilles tombent - Lucie Delarue-Mardrus

Les feuilles tombent   Les feuilles tombent peu à peu Les feuilles sont déjà par terre En grand silence, en grand mystère Les feuilles tombent peu à peu.   Lucie DELARUE-MARDRUS
Posté par muze15 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,