24 juillet 2011

La cane de Jeanne - Georges Brassens

La cane de Jeanne   La cane De Jeanne Est morte au gui l'an neuf, Elle avait fait, la veille, Merveille ! Un œuf !   La cane De Jeanne Est morte d'avoir fait, Du moins on le présume, Un rhume, Mauvais !   La cane De Jeanne Est morte sur son œuf Et dans son beau costume De plumes, Tout neuf !   La cane De Jeanne, Ne laissant pas de veuf, C'est nous autres qui eûmes Les plumes, Et l'œuf !   Tous, toutes, Sans doute, Garderons longtemps le Souvenir de la cane de Jeanne Morbleu !... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

14 mars 2011

Berceuse de la Mère-Dieu - Marie Noël

Berceuse de la Mère-Dieu   Mon Dieu qui dormez faible entre mes bras, Mon enfant tout chaud sur mon cœur qui bat J’adore en mes mains et berce étonnée La merveille, ô Dieu, que m’avez donnée   De fils, ô mon Dieu, je n’en avais pas Vierge que je suis, en cet humble état Quelle joie en fleur de moi serait née ? Mais Vous, Tout-Puissant, me l’avez donnée.   Que rendrai-je à Vous, moi sur qui tomba Votre grâce ? Ô Dieu, je souris tout bas Car j’avais aussi, petite et bornée, J’avais une grâce et Vous l’ai... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
10 septembre 2009

Citation à penser

Et, marchant au soleil qui aveugle, sentir triste merveille,combien sont toute la vie et ses peinesdans ce cheminement le long d'une muraillequi porte tout en haut des tessons de bouteille.Eugenio MONTALE(1966)[Os de seiche]
22 juillet 2009

Femme et chatte - Paul Verlaine

Femme et chatte Elle jouait avec sa chatte, Et c'était merveille de voir La main blanche et la blanche patte S'ébattre dans l'ombre du soir. Elle cachait - la scélérate ! - Sous ces mitaines de fil noir Ses meurtriers ongles d'agate, Coupants et clairs comme un rasoir. L'autre aussi faisait la sucrée Et rentrait sa griffe acérée, Mais le diable n'y perdait rien... Et dans le boudoir où, sonore, Tintait son rire aérien, Brillaient quatre points de phosphore. Paul VERLAINE(1866)[Poèmes saturniens]