02 avril 2013

Solitude - Marceline Desbordes-Valmore

Solitude   Abîme à franchir seule, où personne, oh ! Personne Ne touchera ma main froide à tous après toi : Seulement à ma porte, où quelquefois Dieu sonne, Le pauvre verra, lui, que je suis encor moi,   Si je vis ! Puis, un soir, ton essor plus paisible S'abattra sur mon cœur immobile, brisé Par toi ; mais tiède encor d'avoir été sensible Et vainement désabusé !   Marceline DESBORDES-VALMORE(1786-1859)[Pauvres fleurs -1839]

19 février 2013

Citation à penser

Quand on ouvre la main, on peut tout obtenir.Taisen DESHIMARU
Posté par muze15 à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2012

Éventail de Mademoiselle Mallarmé - Stéphane Mallarmé

Éventail de Mademoiselle Mallarmé   Ô rêveuse, pour que je plonge Au pur délice sans chemin, Sache, par un subtil mensonge, Garder mon aile dans ta main.   Une fraîcheur de crépuscule Te vient à chaque battement Dont le coup prisonnier recule L'horizon délicatement.   Vertige ! voici que frissonne L'espace comme un grand baiser Qui, fou de naître pour personne, Ne peut jaillir ni s'apaiser.   Sens-tu le paradis farouche Ainsi qu'un rire enseveli Se couler du coin de ta bouche Au fond de... [Lire la suite]
07 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [I]

La rose de l'infante   Elle est toute petite ; une duègne la garde. Elle tient à la main une rose et regarde. Quoi ? que regarde-t-elle ? Elle ne sait pas. L’eau, Un bassin qu’assombrit le pin et le bouleau ; Ce qu’elle a devant elle ; un cygne aux ailes blanches, Le bercement des flots sous la chanson des branches,   Et le profond jardin rayonnant et fleuri ; Tout ce bel ange a l’air dans la neige pétri. On voit un grand palais comme au fond d’une gloire, Un parc, de clairs viviers où les biches vont boire, Et... [Lire la suite]
04 mai 2012

Suzette et Suzon - Victor Hugo [I]

Suzette et Suzon   J'adore Suzette, Mais j'aime Suzon, Suzette en toilette, Suzon sans façon ! Ah ! Suzon, Suzette ! Suzette, Suzon !   Rimons pour Suzette, Rimons pour Suzon ; L'une est ma musette, L'autre est ma chanson, Ah ! Suzon, Suzette ! Suzette, Suzon !   La main de Suzette, La jambe à Suzon, Quelle main bien faite ! Quel petit chausson ! Ah ! Suzon, Suzette ! Suzette, Suzon !   Je rêve à Suzette, J'embrasse Suzon ; L'une est bien coquette, L'autre est bon garçon. Ah ! Suzon,... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
16 février 2012

Divagation - Muze15

Poudreuses reliquesMain dans la mainPromenade romantique
Posté par muze15 à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 février 2012

Le jugement de Komor - Charles-Marie Leconte de Lisle [III]

Le jugement de Komor   On entendit sonner le bruit d'une sandale : Un homme à robe brune écarta lentement L'épais rideau de cuir qui fermait cette salle.   - Jarle ! j'ai fait selon votre commandement, Après celui de Dieu, dit le moine. À cette heure, Ne souillez pas vos mains, Jarle ! soyez clément.   - Sire moine, il suffit. Sors. Il faut qu'elle meure, Celle qui, méprisant le saint nœud qui nous joint, Fit entrer lâchement la honte en ma demeure.   Mais la main d'un vil serf ne la touchera point. -... [Lire la suite]
14 décembre 2011

Crois-moi - Marceline Desbordes-Valmore

Crois-moi   Si ta vie obscure et charmée Coule à l'ombre de quelques fleurs, Ame orageuse mais calmée Dans ce rêve pur et sans pleurs, Sur les biens que le ciel te donne, Crois-moi : Pour que le sort te les pardonne, Tais-toi !   Mais si l'amour d'une main sûre T'a frappée à ne plus guérir, Si tu languis de ta blessure Jusqu'à souhaiter d'en mourir, Devant tous, et devant toi-même, Crois-moi : Par un effort doux et suprême, Tais-toi !   Vois-tu ! Les profondes paroles Qui sortent d'un vrai désespoir... [Lire la suite]
04 octobre 2011

Divagation - Muze15

Défrichage humainClairière de mousseNature à notre main
Posté par muze15 à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [VII]

Pensées des Morts   Les mondes que tu répares Devant toi vont rajeunir, Et jamais tu ne sépares Le passé de l’avenir ; Tu vis ! Et tu vis ! les âges, Inégaux pour tes ouvrages, Sont tous égaux sous ta main ; Et jamais ta voix ne nomme, Hélas ! Ces trois mots de l’homme : Hier, aujourd’hui, demain !   Ô Père de la nature, Source, abîme de tout bien, Rien à toi ne se mesure, Ah ! Ne te mesure à rien ! Mets, ô divine clémence, Mets ton poids dans la balance, Si tu pèses le néant ! Triomphe, ô vertu suprême !... [Lire la suite]