26 septembre 2012

Sur la louange de la Paix - Sonnet 7 - Jean Dorat

Sur la louange de la Paix - Sonnet 7   Pour bien contrepoiser d'une juste balance Et la guerre et la Paix, et clerement sçavoir Pour laquelle des deux en son pais avoir, Doibt le plus prier Dieu tout le peuple de France :   Il est bon contempler des Perses la prudence ; Lesquelz ayans perdu de leur Roy le pouvoir, Sans loy, sans magistrat, qui à eulx peut pourvoir, Demeuroient par huict jours souffrans toute insolence :   Afin qu'estant ouverte à liberté la porte, Le peuple ayant congneu de quoy un Roy... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

01 décembre 2011

Stances de Madame, sœur du Roi - Catherine de Bourbon [II]

Stances de Madame, sœur du Roi   Mon oreille, Seigneur, n'est-elle pas coupable, Qui devait écouter ta sainte vérité Et y prendre plaisir : ingrate elle a été, Sourde à ouïr ta voix et ouverte à la fable.   Que dirai-je, mon Dieu, de mes yeux infidèles, Qui au lieu de jeter leur regard vers les cieux D'où leur vient le salut, aveuglés aiment mieux Les arrêter ici sur des beautés mortelles.   Mes mains ne font pas mieux, s'amusant à écrire, Au lieu de ta louange, un discours inventé, Lorsque jointes... [Lire la suite]
01 octobre 2010

À sa demeure des champs - Olivier de Magny

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } À sa demeure des champs Petit jardin, petite plaine Petit bois, petite fontaine, Et petits coteaux d'alentour, Qui voyez mon être si libre, Combien serais-je heureux de vivre, Et mourir en votre ... [Lire la suite]
17 septembre 2009

Églogue au roi sous les noms de Pan et Robin - Clément Marot

Églogue au roi sous les noms de Pan et Robin Sur le printemps de ma jeunesse folle, Je ressemblais l’arondelle, qui vole Puis çà, puis là ; l’âge me conduisait Sans peur ni soin, où le cœur me disait. En la forêt (sans la crainte des loups) Je m’en allais souvent cueillir le houx, Pour faire glus à prendre oiseaux ramages, Tous différents de chants et de plumages ; Ou me saoulais (pour les prendre) entremettre À faire brics ou cages pour les mettre. Ou transnouais les rivières profondes, Ou renforçais sur le genou les frondes, Puis... [Lire la suite]