08 février 2014

Divagation - Muze15

  SotchiVendredi 7 février 2014Cérémonie d'ouverture des XXIIe Jeux Olympiques d'Hiver  
Posté par muze15 à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 juillet 2013

Citation à penser

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver, on pense au soleil et, quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre. Vous voyez bien que je vous aime de toute mon âme !Victor HUGO[Lettre à Juliette Drouet]
Posté par muze15 à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
09 avril 2013

La voix - Ondine Valmore

La voix   La neige au loin couvre la terre nue ; Les bois déserts étendent vers la nue Leurs grands rameaux qui, noirs et séparés, D'aucune feuille encor ne sont parés ; La sève dort et le bourgeon sans forc Est pour longtemps engourdi sous l'écorce ; L'ouragan souffle en proclamant l'hiver Qui vient glacer l'horizon découvert. Mais j'ai frémi sous d'invisibles flammes Voix du printemps qui remuez les âmes, Quand tout est froid et mort autour de nous, Voix du printemps, ô voix, d'où venez-vous ?...   Ondine... [Lire la suite]
29 décembre 2012

Citation à penser

Ce qu’il y a de bien avec l’hiver, c’est qu’il fait disparaître non seulement les feuilles des arbres, mais aussi les touristes de Montmartre.Denis GUEDJ[Le Théorème du perroquet]
12 septembre 2012

Voici l’oseille qui rougit - Tristan Klingsor

Voici l’oseille qui rougit   Le rouge-gorge est au verger ; Ah ! qu’il est joli, le voleur ; Il ne pèse pas plus que plume Et le vent le balance à son gré Comme une fleur ; Ah ! qu’il est joli, le voleur de prunes.   Oiseau, bel oiseau d’automne, Voici l’oseille qui rougit Dans l’herbe, Et la feuille du poirier jaune ; Tout se couvre de pourpre et de vieil or superbe Avant l’hiver gris.   Tristan KLINGSOR [Chansons villageoises – 1934]
11 septembre 2012

Les espaliers - Émile Verhaeren

Les espaliers   D'énormes espaliers tendaient des rameaux longs Où les fruits allumaient leur chair et leur pléthore, Pareils, dans la verdure, à ces rouges ballons Qu'on voit flamber les nuits de kermesse sonore.   Pendant vingt ans, malgré l'hiver et ses grêlons, Malgré les gels du soir, les givres de l'aurore, Ils s'étaient accrochés aux fentes des moellons, Pour monter jusqu'au toit, monter, monter encore.   Maintenant ils couvraient de leur faste les murs Et sur les pignons hauts et clairs, poires et... [Lire la suite]

22 avril 2012

La petite fleur rose - Théophile Gautier

La petite fleur rose   Du haut de la montagne, Près de Guadarrama, On découvre l'Espagne Comme un panorama.   A l'horizon sans borne Le grave Escurial Lève son dôme morne, Noir de l'ennui royal ;   Et l'on voit dans l'estompe Du brouillard cotonneux, Si loin que l'œil s'y trompe, Madrid, point lumineux !   La montagne est si haute, Que ses flancs de granit N'ont que l'aigle pour hôte, Pour maison que son nid ;   Car l'hiver pâle assiège Les pics étincelants, Tout argentés de neige, ... [Lire la suite]
19 mars 2012

Citation à penser

L'amour est un puissant sorcier. Il enivre, enveloppe, isole. Il crée des parfums dans l'air pur. De la chaleur en plein hiver. Et embellit tout ce qu'il touche.Leos JANACEK
13 février 2012

Le jugement de Komor - Charles-Marie Leconte de Lisle [I]

Le jugement de Komor   La lune sous la nue errait en mornes flammes, Et la tour de Komor, du Jarle de Kemper, Droite et ferme, montait dans l'écume des lames.   Sous le fouet redoublé des rafales d'hiver La tour du vieux Komor dressait sa masse haute, Telle qu'un cormoran qui regarde la mer.   Un grondement immense enveloppait la côte. Sur les flots palpitaient, blêmes, de toutes parts, Les âmes des noyés qui moururent en faute.   Et la grêle tintait contre les noirs remparts, Et le vent secouait la... [Lire la suite]
30 janvier 2012

Plus de neiges aux prés... - Charles-Marie Leconte de Lisle

Plus de neiges aux prés...   Plus de neiges aux prés. La Nymphe nue et belle Danse sur le gazon humide et parfumé ; Mais la mort est prochaine ; et, nous touchant de l'aile, L'heure emporte ce jour aimé.   Un vent frais amollit l'air aigu de l'espace ; L'été brûle ; et voici, de ses beaux fruits chargé, L'Automne au front pourpré ; puis l'Hiver, et tout passe Pour renaitre, et rien n'est changé.   Tout se répare et chante et fleurit sur la terre ; Mais quand tu dormiras de l'éternel sommeil, Ô fier... [Lire la suite]