26 novembre 2013

Citation à penser

L’étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts de la vie, n’ayant jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture ne m’ait ôté.MONTESQUIEU[Cahiers]
Posté par muze15 à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

10 avril 2013

Adieu à l'enfance - Ondine Valmore

Adieu à l'enfance   Adieu mes jours enfants, paradis éphémère ! Fleur que brûle déjà le regard du soleil, Source dormeuse où rit une douce chimère, Adieu ! L'aurore fuit. C'est l'instant du réveil !   J'ai cherché vainement à retenir tes ailes Sur mon cœur qui battait, disant : " Voici le jour ! " J'ai cherché vainement parmi mes jeux fidèles A prolonger mon sort dans ton calme séjour ;   L'heure est sonnée, adieu mon printemps, fleur sauvage ; Demain tant de bonheur sera le souvenir. Adieu ! Voici l'été ;... [Lire la suite]
09 octobre 2012

À Trianon - Augusta Holmès

À Trianon   Suivez-moi, Marquise, Parmi les parfums et la brise, Vers le Temple d'Amour Qui nous sourit aux derniers rais du jour, Suivez-moi, Bergère, Parmi la mousse et la fougère,   Et les fleurs s'ouvrant sous vos pas, Diront: " d'Amour, la mère Est plus sévère, Et Flore a moins d'appas ! " Venez sous l'aubépine rose, Moins rose que ta lèvre éclose !   Permettez qu'enfin je repose Mon front tout près de votre cœur ! Votre sein bat plus vite... En vain votre regard m'évite... Ta main si frêle est... [Lire la suite]
08 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [VI]

Le Jardinier et son Seigneur   Le bon homme disait : "Ce sont là jeux de Prince." Mais on le laissait dire ; et les chiens et les gens Firent plus de dégât en une heure de temps Que n'en auraient fait en cent ans Tous les lièvres de la Province.   Petits Princes, videz vos débats entre vous : De recourir aux rois vous seriez de grands fous. Il ne les faut jamais engager dans vos guerres, Ni les faire entrer sur vos terres.   Jean de LA FONTAINE (1621-1695) [Fables]
05 juin 2012

Les étoiles éteintes - Auguste Dorchain

Les étoiles éteintes   ... À l'heure où sur la mer le soir silencieux Efface les lointaines voiles, Où, lente, se déploie, en marche dans les cieux, L'armée immense des étoiles,   Ne songes-tu jamais que ce clair firmament, Comme la mer a ses désastres ? Que, vaisseaux envahis par l'ombre, à tout moment Naufragent et meurent des astres ? [...]   Auguste DORCHAIN (1857-1930)
23 mars 2012

Autour de ma maison - Émile Verhaeren [II]

Autour de ma maison   Mais voici l'ombre et le soleil sur le jardin Et des guêpes vibrant là-bas, dans la lumière ; Voici les longs et clairs et sinueux chemins Bordés de lourds pavots et de roses trémières ; Aujourd'hui même, à l'heure où l'été blond s'épand Sur les gazons lustrés et les collines fauves, Chaque pétale est comme une paupière mauve Que la clarté pénètre et réchauffe en tremblant. Les moins fiers des pistils, les plus humbles des feuilles Sont d'un dessin si pur, si ferme et si nerveux Qu'en eux Tout... [Lire la suite]

25 février 2012

La cité natale - Anna de Noailles

La cité natale   Heureux qui dans sa ville, hôte de sa maison, Dès le matin joyeux et doré de la vie Goûte aux mêmes endroits le retour des saisons Et voit ses matinées d'un calme soir suivies.   Fidèles et naïfs comme de beaux pigeons La lune et le soleil viennent sur sa demeure, Et, pareille au rosier qui s'accroît de bourgeons, Sa vie douce fleurit aux rayons de chaque heure.   Il va, nouant entre eux les surgeons du destin, Mêlant l'âpre ramure et les plus tôt venues, Et son cœur ordonné est comme son... [Lire la suite]
30 janvier 2012

Plus de neiges aux prés... - Charles-Marie Leconte de Lisle

Plus de neiges aux prés...   Plus de neiges aux prés. La Nymphe nue et belle Danse sur le gazon humide et parfumé ; Mais la mort est prochaine ; et, nous touchant de l'aile, L'heure emporte ce jour aimé.   Un vent frais amollit l'air aigu de l'espace ; L'été brûle ; et voici, de ses beaux fruits chargé, L'Automne au front pourpré ; puis l'Hiver, et tout passe Pour renaitre, et rien n'est changé.   Tout se répare et chante et fleurit sur la terre ; Mais quand tu dormiras de l'éternel sommeil, Ô fier... [Lire la suite]
18 octobre 2011

Citation à penser

Ma gloire inexorable à toute heure me suit :Sans cesse elle présente à mon âme étonnéeL'empire incompatible avec votre hyménée.RACINE[Bérénice, V, 6, v.1394 à 1396]
23 septembre 2011

Chatterie - Pierre Albert-Birot

Chatterie   Chat chat chatte Noir et blanc Jour couchant Prends ma patte Dans ta main Trop humain Trop humain Trop félin Trop félin Ton nez rose Me repose Des maisons Des raisons Mes prisons Tu t'en fiches Tu te niches Sur mon cou Ton miaou Me câline Dodeline Ton ronron Me fait rond Le cœur blond Amoureuse Et frileuse Tu me dis Mon ami L'heure sonne Mais personne Que nous deux Poil soyeux Qui se joue Sur ma joue L'allumeur Le bruit meurt Chatte et homme Font un somme Plus un bruit C'est la... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,