22 octobre 2012

Divagation - Muze15

  Joyeuse journéeGrâce Mystère BeautéMagie sur papier  
Posté par muze15 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 septembre 2012

Marie, vous avez la joue aussi vermeille - Pierre de Ronsard

Marie, vous avez la joue aussi vermeille   Marie, vous avez la joue aussi vermeille Qu'une rose de mai, vous avez les cheveux De couleur de châtaigne, entrefrisés de nœuds, Gentement tortillés tout autour de l'oreille.   Quand vous étiez petite, une mignarde abeille Dans vos lèvres forma son doux miel savoureux, Amour laissa ses traits dans vos yeux rigoureux, Pithon vous fit la voix à nulle autre pareille.   Vous avez les tétins comme deux monts de lait, Qui pommellent ainsi qu'au printemps nouvelet ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
02 juillet 2012

Sonnet d'Alcippe - Honoré d'Urfé

Sonnet d'Alcippe   Sur la constance de son amitié   Amarillis toute pleine de grâce Allait ces bords de ces fleurs dépouillant, Mais sous la main qui les allait cueillant, D'autres soudain renaissaient en leur place.   Ces beaux cheveux où l'Amour s'entrelasse, Amour allait d'un doux air éveillant, Et s'il en voit quelqu'un s'éparpillant, Tout curieux soudain il le ramasse.   Telle Lignon pour la voir s'arrêta Et pour miroir ses eaux lui présenta, Et puis lui dit : Une si belle image   À ton... [Lire la suite]
18 juin 2012

L'amour à Paris - Théodore de Banville [III]

L'amour à Paris   Parcours, en exhalant tes regrets superflus, Ces beaux temples de l'âme où le dieu ne vit plus, Sans craindre d'y salir ta cheville nacrée. Tu peux entrer partout, car la Muse est sacrée. Mais du moins, Évohé, si la jeune Laïs, Avec ses cheveux d'or, blonds comme le maïs, N'enchaîne déjà plus son amant Diogène ; Dans ces murs, d'où s'enfuit l'esprit avec la gêne, Si leur Alcibiade et leur sage Phryné Abandonnent déjà ce siècle nouveau-né ; Si dans notre Paris Athènes est bien morte, Dans les salons... [Lire la suite]
16 juin 2012

L'amour à Paris - Théodore de Banville [I]

L'amour à Paris   Fille du grand Daumier ou du sublime Cham, Toi qui portes du reps et du madapolam, O Muse de Paris ! toi par qui l'on admire Les peignoirs érudits qui naissent chez Palmyre, Toi pour qui notre siècle inventa les corsets A la minute, amour du puff et du succès ! Toi qui chez la comtesse et chez la chambrière Colportes Marivaux retouché par Barrière, Précieuse Évohé ! chante, après Gavarni, L'amour et la constance en brodequin verni. Dans ces pays lointains situés à dix lieues, Où l'Oise dans la Seine... [Lire la suite]
27 mai 2012

Citation à penser

Les femmes n'ont point de caste ni de race ; leur beauté, leur grâce et leur charme leur servent de naissance et de famille. Leur finesse native, leur instinct d'élégance, leur souplesse d'esprit sont leur hiérarchie et font des filles du peuple les égales des plus grandes dames.Guy de MAUPASSANT

06 avril 2012

Mon ami, le paysage - Émile Verhaeren [V]

Mon ami, le paysage   Je mêle aux légendes des Dieux Ta légende de sang jaspée, Belle et pâle Cassiopée, Qui luis sereine au Nord des cieux,   Si bien que grâce à votre gloire Mon cœur se dresse et s'affermit Et qu'il s'exalte et crie au bruit Que font vos noms en ma mémoire.   J'ai pour voisin et compagnon Un vaste et puissant paysage Qui change et luit comme un visage Devant le seuil de ma maison.   Je connais bien les humbles sentes Qui vont d'un clos à d'autres clos Ou descendent le long de... [Lire la suite]
05 décembre 2011

Divagation - Muze15

Grâce fanéeAllée d'immensitéIllusion de la postérité
Posté par muze15 à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 novembre 2011

Stances amoureuses de la Reine de Navarre sur ses amours avec Champvallon - Marguerite de Valois [II]

Stances amoureuses de la Reine de Navarre sur ses amours avec Champvallon (extraits)   […] Le faix de mes travaux élève ma constance, Le coup de mes malheurs endurcit ma souffrance, Le vent de ma fortune attise mes désirs. Toi, pour qui je pâtis, sujet de mon attente, Âme de mon amour, sois constante et contente Et, joyeuse, jouis de mes tristes plaisirs.   Nos deux corps sont en toi, je ne sers plus que d’ombre ; Nos amis sont à toi, je ne sers que de nombre. Las ! puisque tu es tout et que je ne suis... [Lire la suite]
22 novembre 2011

Citation à penser

Il faut prendre garde que le principal devoir des esprits c'est de conserver et d'augmenter leur liberté : parce que c'est pour le bon usage qu'ils peuvent en faire, qu'ils peuvent mériter leur bonheur.MALEBRANCHE[Traité de la nature et de la Grâce]