04 juillet 2013

Citation à penser

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver, on pense au soleil et, quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre. Vous voyez bien que je vous aime de toute mon âme !Victor HUGO[Lettre à Juliette Drouet]
Posté par muze15 à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

06 mai 2011

Impression de printemps - Paul Verlaine

Impression de printemps   Il est des jours - avez-vous remarqué ? - Où l'on se sent plus léger qu'un oiseau, Plus jeune qu'un enfant, et, vrai ! plus gai Que la même gaieté d'un damoiseau.   L'on se souvient sans bien se rappeler ... Évidemment l'on rêve, et non, pourtant. L'on semble nager et l'on croirait voler. L'on aime ardemment sans amour cependant   Tant est léger le cœur sous le ciel clair Et tant l'on va, sûr de soi, plein de foi Dans les autres, que l'on trompe avec l'air D'être plutôt trompé... [Lire la suite]
10 avril 2011

Avant-printemps - René-Guy Cadou

Avant-printemps   Des œufs dans la haie Fleurit l'aubépin Voici le retour Des marchands forains.   Et qu'un gai soleil Pailleté d'or fin Eveille les bois Du pays voisin   Est-ce le printemps Qui cherche son nid Sur la haute branche Où niche la pie ?   C'est mon cœur marqué Par d'anciennes pluies Et ce lent cortège D'aubes qui le suit.   René-Guy CADOU
Posté par muze15 à 08:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
18 février 2011

Citation à penser

@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } Croyez-moi ! Le secret pour récolter la plus grande fécondité, la plus grande jouissance de l'existence, consiste à vivre dangereusement ! Friedrich NIETZSCHE [Le Gai Savoir]
27 juillet 2009

Mysticis umbraculis - Stéphane Mallarmé

Mysticis umbraculis Elle dormait : son doigt tremblait, sans améthyste Et nu, sous sa chemise, après un soupir triste Il s'arrêta, levant au nombril la batiste. Et son ventre sembla de la neige où serait, Cependant qu'un rayon redore la forêt, Tombé du nid moussu d'un gai chardonneret. Stéphane MALLARMÉ(1887)[Poésies]
05 avril 2009

Anniversaire - Muze15

UN ANNIVERSAIRE GAI, DOUX ET TENDRE À CHACUN DE VOUS DEUXMES "ÉTOILES"
Posté par muze15 à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,