09 mai 2011

Le Printemps - Charles d'Orléans

Le Printemps (parfois titré Rondeau)   Le temps a laissé son manteau De vent, de froidure et de pluie Et s'est vêtu de broderies, De soleil luisant, clair et beau   Il n'y a bête, ni oiseau Qu'en son langage ne chante ou crie Le temps a laissé son manteau De vent de froidure et de pluie   Rivières, fontaines et ruisseaux Portent en livrée jolie Gouttes d'argent, d'orfèvrerie Chacun s'habille de nouveau   Charles d'ORLÉANS (1391-1465) [Rondeaux, poèmes écrits vers l'année 1450]

06 juin 2010

Saisons - Jean-Pierre Siméon

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal,... [Lire la suite]
23 juin 2009

Que serais-je sans toi - Louis Aragon

Que serais-je sans toi Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant Que cette heure arrêtée au cadran de la montre Que serais-je sans toi que ce balbutiement. J'ai tout appris de toi sur les choses humaines Et j'ai vu désormais le monde à ta façon J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines Comme au passant qui chante on reprend sa chanson J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson. Que serais-je sans toi qui... [Lire la suite]
16 mai 2009

Le printemps n’a point - Pierre de Ronsard

Le printemps n’a point Le printemps n’a point tant de fleurs, L’automne tant de raisins meurs, L’été tant de chaleurs hâlées, L’hiver tant de froides gelées, Ni la mer a tant de poissons, Ni la Beauce tant de moissons, Ni la Bretagne tant d’arènes, Ni l’Auvergne tant de fontaines, Ni la nuit tant de clairs flambeaux, Ni les forêts tant de rameaux, Que je porte au cœur, ma maîtresse, Pour vous de peine et de tristesse. Pierre de RONSARD (1556) [Nouvelle continuation des Amours]