07 mai 2014

Citation à penser

Nous sommes ensemble pour toujours, de façon si farouche et évidente que nous n'avons peur de rien.Ossip MANDELSTAM
Posté par muze15 à 04:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 octobre 2012

Éventail de Mademoiselle Mallarmé - Stéphane Mallarmé

Éventail de Mademoiselle Mallarmé   Ô rêveuse, pour que je plonge Au pur délice sans chemin, Sache, par un subtil mensonge, Garder mon aile dans ta main.   Une fraîcheur de crépuscule Te vient à chaque battement Dont le coup prisonnier recule L'horizon délicatement.   Vertige ! voici que frissonne L'espace comme un grand baiser Qui, fou de naître pour personne, Ne peut jaillir ni s'apaiser.   Sens-tu le paradis farouche Ainsi qu'un rire enseveli Se couler du coin de ta bouche Au fond de... [Lire la suite]
11 mai 2012

Chanson de la plus haute tour - Arthur Rimbaud

Chanson de la plus haute tour   Oisive jeunesse A tout asservie, Par délicatesse J'ai perdu ma vie. Ah ! Que le temps vienne Où les cœurs s'éprennent.   Je me suis dit : laisse, Et qu'on ne te voie : Et sans la promesse De plus hautes joies. Que rien ne t'arrête, Auguste retraite.   J'ai tant fait patience Qu'à jamais j'oublie ; Craintes et souffrances Aux cieux sont parties. Et la soif malsaine Obscurcit mes veines.   Ainsi la prairie A l'oubli livrée, Grandie, et fleurie D'encens et... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
02 mars 2012

Théra - Anatole France

Théra   Cette outre en peau de chèvre, ô buveur, est gonflée De l'esprit éloquent des vignes que Théra, Se tordant sur les flots, noire, déchevelée Étendit au puissant soleil qui les dora.   Théra ne s'orne plus de myrtes ni d'yeuses, Ni de la verte absinthe agréable aux troupeaux, Depuis que, remplissant ses veines furieuses, Le feu plutonien l'agite sans repos.   Son front grondeur se perd sous une rouge nue ; Des ruisseaux dévorants ouvrent ses mamelons ; Ainsi qu'une Bacchante, elle est farouche et... [Lire la suite]
13 février 2012

Citation à penser

La philosophie que je cultive n'est pas si barbare ni si farouche qu'elle rejette l'usage des passions ; au contraire, c'est en elle seule que je mets toute la douceur et la félicité de cette vie.René DESCARTES[Correspondance]