05 avril 2013

La feuille flétrie - Élisa MERCŒUR

La feuille flétrie   Pourquoi tomber déjà, feuille jaune et flétrie ? J'aimais ton doux aspect dans ce triste vallon. Un printemps, un été furent toute ta vie, Et tu vas sommeiller sur le pâle gazon.   Pauvre feuille ! il n'est plus, le temps où ta verdure Ombrageait le rameau dépouillé maintenant. Si fraîche au mois de mai, faut-il que la froidure Te laisse à peine encore un incertain moment !   L'hiver, saison des nuits, s'avance et décolore Ce qui servait d'asile aux habitants des cieux. Tu meurs ! un... [Lire la suite]

14 janvier 2012

Sed non satiata - Charles Baudelaire

Sed non satiata   Bizarre déité, brune comme les nuits, Au parfum mélangé de musc et de havane, Œuvre de quelque obi, le Faust de la savane, Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,   Je préfère au constance, à l'opium, aux nuits, L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ; Quand vers toi mes désirs partent en caravane, Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.   Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme, Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ; Je ne suis pas le Styx... [Lire la suite]
08 juin 2011

Le jardin - Jacques Prévert

Le jardin   Des milliers et des milliers d'années Ne sauraient suffire Pour dire La petite seconde d'éternité Où tu m'as embrassé Où je t'ai embrassée Un matin dans la lumière de l'hiver Au parc Montsouris à Paris A Paris Sur la terre La terre qui est un astre.   Jacques PRÉVERT
Posté par muze15 à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
03 mai 2011

Divagation - Muze15

Embrasser l'immensité du mondeSarmenteux Et vigoureuxMerci à Mylène pour la photo
Posté par muze15 à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 février 2011

Sonnet XVIII - Louise Labé

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } XVIII Embrasse-moi, embrasse-moi encore et encore : donne m'en un de tes plus savoureux, Donne m'en un de tes plus amoureux : je t'en rendrai quatre plus chauds que braise. Las, te plains-tu ?... [Lire la suite]
29 novembre 2010

Ah ! ne me dites pas... - Madame de Pressensé

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } Ah ! ne me dites pas... Ah ! ne me dites pas que la vie est un rêve, Une ombre qui s'enfuit et flotte sous mes pas ; C'est le temps de la lutte, et si rien ne s'achève, L'éternel avenir a son germe ici-bas.... [Lire la suite]

05 juin 2010

Divagation - Muze15

Mourir au monde vainDepuis longtempsEmbrasser la vie du dedans
Posté par muze15 à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 mars 2010

Citation à penser

Ce qu'on ne peut éviter, il faut l'embrasser.William SHAKESPEARE
Posté par muze15 à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 janvier 2010

Les rites - Denise Jallais

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
19 janvier 2010

Divagation - Muze15

Nous avions fermé les yeux et nous nous enlacions, nous nous serrions éperdument l'un contre l'autre, mais nous ne nous embrassions pas, nous ne pouvions pas nous embrasser, un interdit nous en empêchait, une règle tacite, impérieuse, invisible, trop de choses survenaient en même temps, trop de sentiments, de douleur, d'inquiétude et d'amour, qui se mêlaient dans nos cœurs, il dut y avoir une pause, une respiration pour reprendre notre souffle, et dans ses yeux alors, j'ai vu briller la liberté et la lubricité.