18 novembre 2012

Citation à penser

France, mère des arts, des armes et des lois,Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle ;Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,Je remplis de ton nom les antres et les bois.Joachim du BELLAY[Les Regrets]
Posté par muze15 à 05:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

23 mai 2012

Ô combien est heureux qui n'est contraint de feindre - Joachim du Bellay

Ô combien est heureux qui n'est contraint de feindre   Ô combien est heureux qui n'est contraint de feindre, Ce que la vérité le contraint de penser, Et à qui le respect d'un qu'on n'ose offenser Ne peut la liberté de sa plume contraindre !   Las, pourquoi de ce nœud sens-je la mienne éteindre, Quand mes justes regrets je cuide commencer ? Et pourquoi ne se peut mon âme dispenser De ne sentir son mal ou de s'en pouvoir plaindre ?   On me donne la gêne, et si n'ose crier, On me voit tourmenter, et si n'ose... [Lire la suite]
10 mai 2012

La terre y est fertile, amples les édifices - Joachim du Bellay

La terre y est fertile, amples les édifices   La terre y est fertile, amples les édifices, Les poêles bigarrés, et les chambres de bois, La police immuable, immuables les lois, Et le peuple ennemi de forfaits et de vices.   Ils boivent nuit et jour en Bretons et Suisses, Ils sont gras et refaits, et mangent plus que trois Voilà les compagnons et correcteurs des rois, Que le bon Rabelais a surnommés saucisses.   Ils n'ont jamais changé leurs habits et façons, Ils hurlent comme chiens leurs barbares chansons,... [Lire la suite]
18 avril 2012

Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée - Joachim du Bellay

Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée   Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée, Croisant les bras au ciel avec mille sanglots, Accordait cette plainte au murmure des flots, Outrageant son beau teint et sa tresse dorée :   Las, où est maintenant cette face honorée, Où est cette grandeur et cet antique los, Où tout l'heur et l'honneur du monde fut enclos, Quand des hommes j'étais et des dieux adorée ?   N'était-ce pas assez que le discord mutin M'eût fait de tout le monde un publique butin, Si cet... [Lire la suite]
27 février 2012

Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique - Joachim du Bellay

Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique   Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique De cent brasses de haut : cent colonnes d'un rond Toutes de diamant ornaient le brave front : Et la façon de l'œuvre était à la dorique.   La muraille n'était de marbre ni de brique Mais d'un luisant cristal, qui du sommet au fond Elançait mille rais de son ventre profond Sur cent degrés dorés du plus fin or d'Afrique.   D'or était le lambris, et le sommet encor Reluisait écaillé de grandes lames d'or : Le pavé fut de... [Lire la suite]
24 février 2012

Ce n'est l'ambition, ni le soin d'acquérir - Joachim du Bellay

Ce n'est l'ambition, ni le soin d'acquérir   Ce n'est l'ambition, ni le soin d'acquérir, Qui m'a fait délaisser ma rive paternelle, Pour voir ces monts couverts d'une neige éternelle, Et par mille dangers ma fortune quérir.   Le vrai honneur, qui n'est coutumier de périr, Et la vraye vertu, qui seule est immortelle, Ont comblé mes désirs d'une abondance telle, Qu'un plus grand bien aux dieux je ne veux requérir.   L'honnête servitude où mon devoir me lie M'a fait passer les monts de France en Italie, Et... [Lire la suite]

12 février 2012

Ronsard, j'ai vu l'orgueil des colosses antiques - Joachim Du Bellay

Ronsard, j'ai vu l'orgueil des colosses antiques   Ronsard, j'ai vu l'orgueil des colosses antiques, Les théâtres en rond ouverts de tous côtés, Les colonnes, les arcs, les hauts temples voûtés, Et les sommets pointus des carrés obélisques.   J'ai vu des empereurs les grands thermes publiques, J'ai vu leurs monuments que le temps a domptés, J'ai vu leurs beaux palais que l'herbe a surmontés, Et des vieux murs romains les poudreuses reliques.   Bref, j'ai vu tout cela que Rome a de nouveau, De rare,... [Lire la suite]
20 septembre 2011

Petit museau, petites dents - Joachim Du Bellay

Petit museau, petites dents   Petit museau, petites dents, Yeux qui n'étaient point trop ardents, Mais desquels la prunelle perse Imitait la couleur diverse Qu'on voit en cet arc pluvieux Qui se courbe au travers des cieux ; La tête à la taille pareille, Le col grasset, courte l'oreille, Et dessous un nez ébénin Un petit mufle léonin, Autour duquel était plantée Une barbelette argentée, Armant d'un petit poil follet Son musequin damoiselet ; La gorge douillette et mignonne, La queue longue à la gueunonne, ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
01 janvier 2010

Éphéméride - Muze15

  1er Janvier 1560 <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; ... [Lire la suite]
18 août 2009

Doulcin, quand quelquefois je vois ces pauvres filles

Doulcin, quand quelquefois je vois ces pauvres filles Doulcin, quand quelquefois je vois ces pauvres fillesQui ont le diable au corps, ou le semblent avoir,D'une horrible façon corps et tête mouvoir,Et faire ce qu'on dit de ces vieilles Sibylles :Quand je vois les plus forts se retrouver débiles,Voulant forcer en vain leur forcené pouvoir :Et quand même j'y vois perdre tout leur savoirCeux qui sont en votre art tenus des plus habiles :Quand effroyablement écrier je les oy,Et quand le blanc des yeux renverser je leur voy,Tout le... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,