03 juin 2012

Panthéon - Louis Ménard

Panthéon   Le temple idéal où vont mes prières Renferme tous les dieux que le monde a connus. Évoqués à la fois de tous les sanctuaires, Anciens et nouveaux, tous ils sont venus ;   Les dieux qu'enfanta la nuit primitive Avant le premier jour de la création, Ceux qu'adore, en ses jours de vieillesse tardive, La terre, attendant sa rédemption ;   Ceux qui, s'entourant d'ombre et de silence, Contemplent, à travers l'éternité sans fin, Le monde, qui toujours finit et recommence Dans l'illusion du rêve divin... [Lire la suite]

27 avril 2012

J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture - Jean de La Ceppède

 J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture   J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture Du Christ qu'on a comblé de torts injurieux Je chante sa descente aux antres stygieux Pour tirer noz ayeulx de leur noire closture.   Je chante (emerveillé) comme sans ouverture De sa Tombe, il en sort vivant, victorieux, Je chante son Triomphe : et l'effort glorieux Dont il guinda là haut l'une et l'autre Nature,   Clair Esprit, dont ma Muse a cy-devant apris Ses douleurs, ses tourmens, sa honte, et son... [Lire la suite]
19 avril 2012

À ceux qu'on foule aux pieds - Victor Hugo

À ceux qu'on foule aux pieds   (extrait)   ...Ce n'est pas le canon du noir vendémiaire, Ni les boulets de juin, ni les bombes de mai, Qui font la haine éteinte et l'ulcère fermé. Moi, pour aider le peuple à résoudre un problème, Je me penche vers lui. Commencement : je l'aime. Le reste vient après. Oui, je suis avec vous, J'ai l'obstination farouche d'être doux, Ô vaincus, et je dis : Non, pas de représailles ! Ô mon vieux cœur pensif, jamais tu ne tressailles Mieux que sur l'homme en pleurs, et toujours tu... [Lire la suite]
17 avril 2012

Bacchante triste - Renée Vivien

Bacchante triste   Le jour ne perce plus de flèches arrogantes Les bois émerveillés de la beauté des nuits, Et c'est l'heure troublée où dansent les Bacchantes Parmi l'accablement des rythmes alanguis.   Leurs cheveux emmêlés pleurent le sang des vignes, Leurs pieds vifs sont légers comme l'aile des vents, Et la rose des chairs, la souplesse des lignes Ont peuplé la forêt de sourires mouvants.   La plus jeune a des chants qui rappellent le râle : Sa gorge d'amoureuse est lourde de sanglots. Elle n'est... [Lire la suite]
23 février 2012

Mille baisers perdus, mille et mille faveurs - Agrippa d'Aubigné

Mille baisers perdus, mille et mille faveurs   Mille baisers perdus, mille et mille faveurs, Sont autant de bourreaux de ma triste pensée, Rien ne la rend malade et ne l'a offensée Que le sucre, le ris, le miel et les douceurs.   Mon cœur est donc contraire à tous les autres cœurs, Mon penser est bizarre et mon âme insensée Qui fait présente encor' une chose passée, Crevant de désespoir le fiel de mes douleurs.   Rien n'est le destructeur de ma pauvre espérance Que le passé présent, ô dure souvenance Qui... [Lire la suite]
05 janvier 2012

Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours - André Chénier

Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours   Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours Sur le sein d'une belle en arrêter le cours ! Qu'au milieu des langueurs, au milieu des délices, Achevant de Vénus les plus doux sacrifices, Mon âme, sans efforts, sans douleurs, sans combats, Se dégage et s'envole, et ne le sente pas ! Qu'attiré sur ma tombe, où la pierre luisante Offrira de ma fin l'image séduisante, Le voyageur ému dise avec un soupir : " Ainsi puissé-je vivre et puissé-je mourir ! "   André... [Lire la suite]

27 février 2011

Sonnet XXIV - Louise Labé

XXIV   Ne me blâmez pas, Dames, si j'ai aimé, si j'ai senti mille torches ardentes, mille supplices, mille douleurs mordantes : Si j'ai consumé mon temps à pleurer,   Hélas ! N'entachez pas ma réputation. Si j'ai commis des fautes, les peines sont bien là, n'aiguisez point leurs pointes violentes : mais songez qu'Amour, à point nommé,   sans que vous ayez l'excuse d'être la femme d'un Vulcain, sans pouvoir accuser la beauté d'un Adonis, pourra, s'il veut, vous rendre plus amoureuses :   en ayant... [Lire la suite]
12 octobre 2010

Pascal - Louise Ackermann

@font-face {   font-family: "Cambria"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } Pascal À Ernest Havet DERNIER MOT Un dernier mot, Pascal ! À ton tour de m'entendre Pousser aussi ma plainte et mon cri de fureur. Je vais faire d'horreur frémir ta noble cendre, Mais du moins j'aurai dit ce que j'ai sur le cœur. À plaisir sous nos yeux lorsque ta main déroule Le tableau désolant des... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
12 août 2010

L'amant désespéré - Nicolas Gilbert

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Trebuchet MS"; panose-1:0 2 11 6 3 2 2 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2;... [Lire la suite]
21 mars 2009

Le poème - Claude Albarède

Le poème Le poème tient dans la mainle temps d'un voyage à fleur de chair A la lisière d'un bruit fragiledont l'envie dure Au remous des sables galantsquand la mer se retroussepour arranger l'étoile... Avec ses trous d'oiseauxc'est la maison du printemps Avec ses veines bleuesc'est l'habité par ses douleurs Avec ses feuillesqui ont plus que du vent à raconterc'est la permission de séjour Avec ses fruitstombés à terreil décide des grands départs. Claude ALBAREDE Né à Sète en 1937, dans l'ambiance valéryenne... [Lire la suite]