27 février 2012

Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique - Joachim du Bellay

Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique   Sur la croupe d'un mont je vis une fabrique De cent brasses de haut : cent colonnes d'un rond Toutes de diamant ornaient le brave front : Et la façon de l'œuvre était à la dorique.   La muraille n'était de marbre ni de brique Mais d'un luisant cristal, qui du sommet au fond Elançait mille rais de son ventre profond Sur cent degrés dorés du plus fin or d'Afrique.   D'or était le lambris, et le sommet encor Reluisait écaillé de grandes lames d'or : Le pavé fut de... [Lire la suite]

05 octobre 2010

À deux beaux yeux - Théophile Gautier

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } À deux beaux yeux Vous avez un regard singulier et charmant ; Comme la lune au fond du lac qui la reflète, Votre prunelle, où brille une humide paillette, Au coin de vos doux yeux roule languissamment ; ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
15 septembre 2010

À cet anneau parfait en forme ronde - Pontus de Tyard

@font-face {   font-family: "Cambria"; }@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } À cet anneau parfait en forme ronde   A cet anneau parfait en forme ronde, Ensemble et toi, et moi, je parangonne. La foi le clôt : la foi ne m'abandonne. Son teint est d'or : moins que l'or tu n'es... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
17 mars 2009

Quelle soie aux baumes de temps - Stéphane Mallarmé

Quelle soie aux baumes de temps Quelle soie aux baumes de temps Où la Chimère s’exténue Vaut la torse et native nue Que, hors de ton miroir, tu tends ! Les trous de drapeaux méditants S’exaltent dans notre avenue : Moi, j’ai ta chevelure nue Pour enfouir mes yeux contents, Non ! La bouche ne sera sûre De rien goûter à sa morsure S’il ne fait, ton princier amant, Dans la considérable touffe Expirer, comme un diamant Le cri des Gloires qu’il étouffe. Stéphane MALLARMÉ(1887)[Poésies]
Posté par muze15 à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,