27 avril 2012

J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture - Jean de La Ceppède

 J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture   J'ay chanté le Combat, la Mort, la sepulture Du Christ qu'on a comblé de torts injurieux Je chante sa descente aux antres stygieux Pour tirer noz ayeulx de leur noire closture.   Je chante (emerveillé) comme sans ouverture De sa Tombe, il en sort vivant, victorieux, Je chante son Triomphe : et l'effort glorieux Dont il guinda là haut l'une et l'autre Nature,   Clair Esprit, dont ma Muse a cy-devant apris Ses douleurs, ses tourmens, sa honte, et son... [Lire la suite]

17 novembre 2011

Divagation - Muze15

Haute voltigeCombat d'équilibristesFunambules tout risques
Posté par muze15 à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 mai 2011

Lumière - Eugène Guillevic

Lumière   Ce n'est pas vrai que tout amour décline, Ce n'est pas vrai qu'il nous donne au malheur, Ce n'est pas vrai qu'il nous mène au regret, Quand nous voyons à deux la rue vers l'avenir. Ce n'est pas vrai que tout amour dérive, Quand les forces qui montent ont besoin de nos forces. Ce n'est pas vrai que tout amour pourrit, Quand nous mettons à deux notre force à l'attaque. Ce n'est pas vrai que tout amour s'effrite, Quand le plus grand combat va donner la victoire. Ce n'est pas vrai du tout, Ce qu'on dit de... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
21 octobre 2010

Éphéméride - Muze15

@font-face { }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; }div.Section1 { page: Section1; } @font-face { }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; }div.Section1 { page: Section1; } 21 Octobre 1805 Commandée par l'amiral Villeneuve, la flotte française, qui a quitté Cadix la veille et navigue au... [Lire la suite]
16 octobre 2010

Divagation - Muze15

Hasard et NécessitéCombat et VéritéIncessante dualité
Posté par muze15 à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 juin 2010

Éphéméride - Muze15

<!-- /* Font Definitions */ @font-face ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 mai 2010

La vie est une chance - Mère Teresa

La vie est une chanceLa vie est une chance, saisis-la.Le vie est beauté, admire-la.La vie est béatitude, savoure-la.La vie est un rêve, fais en une réalité.La vie est un défi, fais-lui face.La vie est un devoir, accomplis-le.La vie est un jeu, joue-le.La vie est précieuse, prends en soin.La vie est une richesse, conserve-la.La vie est amour, jouis-en.La vie est un mystère, perce-le.La vie est promesse, remplis-la.La vie est un hymne, chante-le.La vie est un combat, accepte-le.La vie est tragédie, prends-la à bras-le-corps.La vie est... [Lire la suite]
30 juillet 2009

Horace - Pierre Corneille

S’attacher au combat contre un autre soi-mêmeAttaquer au parti qui prend pour défenseurLe frère d’une femme et l’amant d’une sœur,Et, rompant tous ces nœuds, s’armer pour la patrie,Contre un sang qu’on voudrait racheter de sa vie,Une telle vertu n’appartenait qu’à nousL’éclat de son grand nom lui fait peu de jaloux Pierre CORNEILLE[Horace - acte II, scène 3 - vers 444 à 450]
21 juillet 2009

Dans la clairière - Charles Cros

Dans la clairière Pour plus d'agilité, pour le loyal duel,Les témoins ont jugé, qu'elles se battraient nues.Les causes du combat resteront inconnues.Les deux ont dit : Motif tout individuel. La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ;Le sang rougit ses seins blancs et ses lèvres charnues.La brune a le corps d'ambre et des formes ténues ;Les cheveux noirs-bleus font ombre au regard cruel. Cette haie où l'on a jeté chemise et robe,Ce corps qui tour à tour s'avance ou se dérobe,Ces seins dont la fureur fait se dresser les... [Lire la suite]
17 juin 2009

Il n'est pas un instant - Anna de Noailles

Il n'est pas un instant Il n'est pas un instant où près de toi couchée Dans la tombe ouverte d'un lit, Je n'évoque le jour où ton âme arrachée Livrera ton corps à l'oubli. [...] Quand ma main sur ton coeur pieusement écoute S'apaiser le feu du combat, Et que ton sang reprend paisiblement sa route, Et que tu respires plus bas, Quand, lassés de l'immense et mouvante folie Qui rend les esprits dévorants, Nous gisons, rapprochés par la langueur qui lie Le veilleur las et le mourant, Je songe qu'il serait juste,... [Lire la suite]