12 mars 2012

Aux amis inconnus - Sully Prudhomme

Aux amis inconnus   Ces vers, je les dédie aux amis inconnus, A vous, les étrangers en qui je sens des proches, Rivaux de ceux que j'aime et qui m'aiment le plus, Frères envers qui seuls mon cœur est sans reproches Et dont les cœurs au mien sont librement venus.   Comme on voit les ramiers sevrés de leurs volières Rapporter sans faillir, par les cieux infinis, Un cher message aux mains qui leur sont familières, Nos poèmes parfois nous reviennent bénis, Chauds d'un accueil lointain d'âmes hospitalières.   ... [Lire la suite]

05 mars 2012

Mars - Maurice Carême

Mars   Il tombe encore des grêlons, Mais on sait bien que c'est pour rire. Quand les nuages se déchirent, Le ciel écume de rayons.   Le vent caresse les bourgeons Si longuement qu'il les fait luire. Il tombe encore des grêlons, Mais on sait bien que c'est pour rire.   Les fauvettes et les pinsons Ont tant de choses à se dire Que dans les jardins en délire On oublie les premiers bourdons. Il tombe encore des grêlons …   Maurice CARÊME [La lanterne magique]
21 février 2012

Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature - Théophile de Viau

Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature   Chère Isis, tes beautés ont troublé la nature, Tes yeux ont mis l'Amour dans son aveuglement, Et les Dieux occupés après toi seulement Laissent l'état du monde errer à l'aventure.   Voyant dans le soleil tes regards en peinture, Ils en sentent leur cœur touché si vivement Que s'ils n'étaient cloués si fort au firmament, Ils descendraient bientôt pour voir leur créature.   Crois-moi qu'en cette humeur ils ont peu de soucis Ou du bien ou du mal que nous faisons... [Lire la suite]
11 février 2012

Le bal des pendus - Arthur Rimbaud [II]

Le Bal des pendus   Hurrah ! la bise siffle au grand bal des squelettes ! Le gibet noir mugit comme un orgue de fer ! Les loups vont répondant des forêts violettes : A l'horizon, le ciel est d'un rouge d'enfer...   Holà, secouez-moi ces capitans funèbres Qui défilent, sournois, de leurs gros doigts cassés Un chapelet d'amour sur leurs pâles vertèbres : Ce n'est pas un moustier ici, les trépassés !   Oh ! voilà qu'au milieu de la danse macabre Bondit dans le ciel rouge un grand squelette fou Emporté par... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
24 janvier 2012

Le ciel en nuit, s'est déplié - Émile Verhaeren

Le ciel en nuit, s'est déplié   Le ciel en nuit, s'est déplié Et la lune semble veiller Sur le silence endormi.   Tout est si pur et clair, Tout est si pur et si pâle dans l'air Et sur les lacs du paysage ami, Qu'elle angoisse, la goutte d'eau Qui tombe d'un roseau Et tinte, et puis se tait dans l'eau.   Mais j'ai tes mains entre les miennes Et tes yeux sûrs ; qui me retiennent, De leurs ferveurs, si doucement ; Et je te sens si bien en paix de toute chose Que rien, pas même un fugitif soupçon de... [Lire la suite]
22 janvier 2012

Divagation - Muze15

Aube aux taches écarlatesTrouble allégresseCiel de tendresse
Posté par muze15 à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 janvier 2012

Divagation - Muze15

Mines renfrognéesCiel rose grisAube au sourire infatué
Posté par muze15 à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
28 novembre 2011

Divagation - Muze15

Ciel en furieFournaise et frénésieFlambée de flammes harpies
Posté par muze15 à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
28 novembre 2011

Stances amoureuses de la Reine de Navarre sur ses amours avec Champvallon - Marguerite de Valois [II]

Stances amoureuses de la Reine de Navarre sur ses amours avec Champvallon (extraits)   […] Le faix de mes travaux élève ma constance, Le coup de mes malheurs endurcit ma souffrance, Le vent de ma fortune attise mes désirs. Toi, pour qui je pâtis, sujet de mon attente, Âme de mon amour, sois constante et contente Et, joyeuse, jouis de mes tristes plaisirs.   Nos deux corps sont en toi, je ne sers plus que d’ombre ; Nos amis sont à toi, je ne sers que de nombre. Las ! puisque tu es tout et que je ne suis... [Lire la suite]
30 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [VI]

Pensées des Morts   Du moins si leur voix si pure Est trop vague pour nos sens, Leur âme en secret murmure De plus intimes accents ; Au fond des cœurs qui sommeillent, Leurs souvenirs qui s’éveillent Se pressent de tous côtés, Comme d’arides feuillages Que rapportent les orages Au tronc qui les a portés !   C’est une mère ravie À ses enfants dispersés, Qui leur tend de l’autre vie Ces bras qui les ont bercés ; Des baisers sont sur sa bouche, Sur ce sein qui fut leur couche Son cœur les rappelle à soi ; ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,