13 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [VII]

La rose de l'infante   Ô rictus du vampire assouvissant sa faim ! Cette pâle Angleterre, il la tient donc enfin ! Qui pourrait la sauver ? Le feu va prendre aux poudres. Philippe dans sa droite a la gerbe des foudres ; Qui pourrait délier ce faisceau dans son poing ? N’est-il pas le seigneur qu’on ne contredit point ? N’est-il pas l’héritier de César ? le Philippe Dont l’ombre immense va du Gange au Pausilippe ? Tout n’est-il pas fini quand il a dit : Je veux ! N’est-ce pas lui qui tient la victoire aux cheveux ? ... [Lire la suite]

02 juillet 2012

Sonnet d'Alcippe - Honoré d'Urfé

Sonnet d'Alcippe   Sur la constance de son amitié   Amarillis toute pleine de grâce Allait ces bords de ces fleurs dépouillant, Mais sous la main qui les allait cueillant, D'autres soudain renaissaient en leur place.   Ces beaux cheveux où l'Amour s'entrelasse, Amour allait d'un doux air éveillant, Et s'il en voit quelqu'un s'éparpillant, Tout curieux soudain il le ramasse.   Telle Lignon pour la voir s'arrêta Et pour miroir ses eaux lui présenta, Et puis lui dit : Une si belle image   À ton... [Lire la suite]
29 février 2012

Peintre excellent, dont le pinceau subtil - Jean Godard

Peintre excellent, dont le pinceau subtil   Peintre excellent, dont le pinceau subtil Peut imiter, voire passer Nature, Se faisant voir inimitable outil Alors qu'il trace une rare peinture,   Dis-moi, veux-tu sur un tableau tirer Le gai printemps et son fleuri visage, Où l'oei1 humain ne cesse de mirer, Ravi de voir quelque beau paysage ?   Il n'est besoin de peindre soutenu Le ciel d'un mont, ni Phœbus qui éclaire, Ni quelque nymphe ou satyre cornu, Ni des prés verts ni d'un fleuve l'eau claire [...] ... [Lire la suite]
20 février 2012

Le jugement de Komor - Charles-Marie Leconte de Lisle [VIII]

Le jugement de Komor   Il monta sur la tour, et, dans les flots hurlants, Précipita d'en haut la dépouille livide De celle qui voulut trahir ses cheveux blancs.   Morne, il la regarda tournoyer par le vide... Puis la tête et le corps entrèrent à la fois Dans la nuit furieuse et dans le gouffre avide.   Alors le Jarle fit un long signe de croix ; Et, comme un insensé, poussant un cri sauvage Que le vent emporta par delà les grands bois,   Debout sur les créneaux balayés par l'orage, Les bras tendus au... [Lire la suite]
12 décembre 2011

Fleur d'enfance - Marceline Desbordes-Valmore

Fleur d'enfance   L'haleine d'une fleur sauvage, En passant tout près de mon cœur, Vient de m'emporter au rivage, Où naguère aussi j'étais fleur : Comme au fond d'un prisme où tout change, Où tout se relève à mes yeux, Je vois un enfant aux yeux d'ange : C'était mon petit amoureux !   Parfum de sa neuvième année, Je respire encor ton pouvoir ; Fleur à mon enfance donnée, Je t'aime ! comme son miroir. Nos jours ont séparé leur trame, Mais tu me rappelles ses yeux ; J'y regardais flotter mon âme : C'était mon... [Lire la suite]
15 octobre 2011

Automne - Pierre Coran

Automne   Quand les bois ont les cheveux courts, La lune ceint son abat-jour De brume pâle   Et le vent vole et le vent court En tournoyant comme un vautour Sous les étoiles.   Pourquoi mon cœur es-tu si lourd Quand les bois ont les cheveux courts ?   Rivé aux cailloux de la cour Le lierre étreint dans ses doigts gourds Une hirondelle.   Entends-tu dans le petit jour, Le gel affûter ses tambours Et ses chandelles ?   Quand les bois ont les cheveux courts Pourquoi mon cœur es-tu si... [Lire la suite]

09 octobre 2011

Automne malade - Guillaume Apollinaire

Automne malade   Automne malade et adoré Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers   Pauvre automne Meurs en blancheur et en richesse De neige et de fruits mûrs Au fond du ciel Des éperviers planent Sur les nixes nicettes* aux cheveux verts et naines Qui n'ont jamais aimé   Aux lisières lointaines Les cerfs ont bramé   Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs Les fruits tombant sans qu'on les cueille Le vent et la forêt qui pleurent Toutes... [Lire la suite]
22 juillet 2011

Elsa au miroir - Louis Aragon

Elsa au miroir   C'était au beau milieu de notre tragédie Et pendant un long jour assise à son miroir Elle peignait ses cheveux d'or Je* croyais voir Ses patientes mains calmer un incendie C'était au beau milieu de notre tragédie   Et pendant un long jour assise à son miroir Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit C'était au beau milieu de notre tragédie Qu'elle jouait un air de harpe sans y croire Pendant tout ce long jour assise a son miroir   Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
26 mai 2011

Au revoir - Marceline Desbordes-Valmore

Au revoir   Sous tes longs cheveux d'or, quand tu cours sur la grève Au vent, Si quelque prompt ramier touche ton front qui rêve Souvent, De cette aile d'oiseau ne prends pas, ô ma fille ! D'effroi : Pour baiser son enfant c'est une âme qui brille : C'est moi ! Parmi d'autres enfants qui te font toute heureuse, Le soir, Quand tu vas au jardin, lasse d'être rieuse, T'asseoir ; Si tu t'inquiétais comment je passe l'heure, Sans toi, Penche un peu ton oreille à cet oiseau qui pleure : C'est moi !   Marceline... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
23 mai 2011

Le printemps - Andrée Sodenkamp

Le printemps   Le printemps garde encor au bord de la colline sa face de bois mort. Un petit arbre neuf, une églantine blanchi de bas en haut. L'éclat monte des eaux. Tout va briller, s'ouvrir le monde est en soupir un saule aux clairs cheveux est si clair qu'il s'efface. Et le ciel bleu, par place a des corbeaux heureux.   Andrée SODENKAMP (1906-2004) [Poèmes choisis", Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, Bruxelles, 1998] Pour l'état-civil Maud-Andrée Sodenkamp, est une poète belge de... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,