22 mai 2012

Qui ? quoy ? comment ? a qui ? pourquoy ? - Charles d'Orléans

Qui ? quoy ? comment ? a qui ? pourquoy ?   Qui ? quoy ? comment ? a qui ? pourquoy ? Passez, presens ou avenir, Quant me viennent en souvenir, Mon cueur en penser n'est pas coy.   Au fort, plus avant que ne doy Jamais je ne pense enquerir : Qui ? quoy ? comment ? a qui ? pourquoy ? Passez, presens ou avenir.   On s'en puet rapporter a moy Qui de vivre ay eu beau loisir Pour bien aprendre et retenir. Assez ay congneu,je m'en croy : Qui ? quoy ? comment ? a qui ? pourquoy ?   Charles d' ORLEANS ... [Lire la suite]

21 décembre 2011

Quand n’ont assez fait dodo - Charles d'Orléans

Quand n’ont assez fait dodo   Quand n’ont assez fait dodo Ces petits enfanchonnets Ils portent sous leurs bonnets Visages pleins de bobo.   C’est pitié s’ils font jojo Trop matin, les doucinets, Quand n’ont assez fait dodo Ces petits enfanchonnets.   Mieux aimassent à gogo Gésir sur mols coussinets, Car ils sont tant poupinets ! Hélas ! c’est gnogno, gnogno Quand n’ont assez fait dodo.   Charles d'ORLEANS (1394-1465)
14 mai 2011

Montrez bien, Printemps gracieux - Charles d'Orléans

Montrez bien, Printemps gracieux   Montrez bien, Printemps gracieux, De quel métier vous savez vous servir, Car Hiver se fait seul ennuyeux, Et vous le faites réjouir. Aussitôt qu'il vous voit venir, Lui et sa méchante retenue Sont contraints et prêt de fuir À votre joyeuse venue.   Hiver rend champs et arbres vieux, Leurs barbes de neige blanchir, Et est si froid, sale et pluvieux Qu'après le feu vient croupir ; On ne peut hors des toits sortir Comme un oiseau qui se mue. Mais vous faites tout rajeunir À... [Lire la suite]
09 mai 2011

Le Printemps - Charles d'Orléans

Le Printemps (parfois titré Rondeau)   Le temps a laissé son manteau De vent, de froidure et de pluie Et s'est vêtu de broderies, De soleil luisant, clair et beau   Il n'y a bête, ni oiseau Qu'en son langage ne chante ou crie Le temps a laissé son manteau De vent de froidure et de pluie   Rivières, fontaines et ruisseaux Portent en livrée jolie Gouttes d'argent, d'orfèvrerie Chacun s'habille de nouveau   Charles d'ORLÉANS (1391-1465) [Rondeaux, poèmes écrits vers l'année 1450]
01 mai 2011

Ballade du premier jour de mai - Charles d'Orléans

Ballade du premier jour de mai   Trop longtemps vous vois sommeillier, Monsieur, en deuil et déplaisir. Veuilliez vous ce jour éveiller ! Allons au bois le mai cueillir Pour la coutume maintenir ! Nous orrons des oyseaux le glay Dont ils font les bois retentir Ce premier jour du mois de mai.   Le Dieu d'Amour est coutumier À ce jour de fête tenir Pour amoureux cœurs festoyer Qui désirent le servir. Pour ce fait les arbres couvrir De fleurs et les champs de vert gai Pour la fête plus embellir Ce premier jour... [Lire la suite]
21 septembre 2009

Dieu qu’il la fait bon regarder - Charles d’Orléans

Dieu qu’il la fait bon regarder Dieu, qu’il la fait bon regarder La gracieuse, bonne et belle ! Pour les grands biens qui sont en elle Chacun est prêt de la louer. Qui se pourrait d’elle lasser ? Toujours sa beauté renouvelle. Dieu, qu’il la fait bon regarder La gracieuse, bonne et belle ! Par deçà ni delà la mer Ne sais dame ni demoiselle Qui soit en tous biens parfaits telle. C’est un songe que d’y penser. Dieu, qu’il la fait bon regarder ! Charles d’ORLÉANS[Œuvres]
Posté par muze15 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

14 septembre 2009

En la forêt d’ennuyeuse - Charles d’Orléans

En la forêt d’ennuyeuse En la forêt d’Ennuyeuse Tristesse, Un jour m’advint qu’à part moi cheminais, Si rencontrai l’Amoureuse Déesse Qui m’appela, demandant où j’allais. Je répondis que, par Fortune, étais Mis en exil en ce bois, long temps a, Et qu’à bon droit appeler me pouvait L’homme égaré qui ne sait où il va. En souriant, par sa très grande humblesse, Me répondit : « Ami, si je savais Pourquoi tu es mis en cette détresse, À mon pouvoir volontiers t’aiderais ; Car, jà piéça, je mis ton coeur en voie De tout plaisir, ne sais... [Lire la suite]
09 septembre 2009

Fermez-lui l’huis au visage - Charles d’Orléans

Fermez-lui l’huis au visage Fermez-lui l’huis au visage Mon cœur, à Mélancolie Gardez qu’elle n’entre mie Pour gâter notre ménage Comme le chien plein de rage Chassez-la, je vous en prie Fermez-lui l’huis au visage Mon cœur, à Mélancolie C’est trop plus notre avantage D’être sans sa compagnie Car toujours nous tance, et crie, Et nous porte grand dommage. Fermez-lui l’huis au visage. Charles d’ORLÉANS[Œuvres]
20 mai 2009

En regardant vers le pays - Charles d’Orléans

En regardant vers le pays En regardant vers le pays de France, Un jour m’advint, à Douvres sur la mer, Qu’il me souvint de la douce plaisance Que je soulais au dit pays trouver ; Si commençai de cœur à soupirer, Combien certes que grand bien me faisoit De voir France que mon cœur aimer doit. Je m’avisai que c’était non savance De tels soupirs dedans mon cœur garder, Vu que je vois que la voie commence De bonne paix, qui tous biens peut donner ; Pour ce, tournai en confort mon penser ; Mais non pourtant mon cœur ne se lassoit De... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
07 mai 2009

Dedans mon livre de pensée - Charles d’Orléans

Dedans mon livre de pensée Dedans mon Livre de Pensée, J’ai trouvé écrivant mon cœur La vraie histoire de douleur, De larmes toute enluminée, En effaçant la très aimée Image de plaisant douceur, Dedans mon Livre de Pensée ! Hélas ! où l’a mon cœur trouvée ? Les grosses gouttes de sueur Lui saillent, de peine et labeur Qu’il y prend, de nuit et journée, Dedans mon Livre de Pensée ! Charles d’ORLÉANS[Œuvres]
Posté par muze15 à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,