30 juin 2012

Tu n'es pas du tout vertueuse - Paul Verlaine

Tu n'es pas du tout vertueuse   Tu n'es pas du tout vertueuse, Je ne suis pas du tout jaloux : C'est de se la couler heureuse Encor le moyen le plus doux.   Vive l'amour et vivent nous !   Tu possèdes et tu pratiques Les tours les plus intelligents Et les trucs les plus authentiques À l'usage des braves gens   Et tu m'as quels soins indulgents !   D'aucuns clabaudent sur ton âge Qui n'est plus seize ans ni vingt ans, Mais ô ton opulent corsage, Tes yeux riants, comme chantants,   Et ô... [Lire la suite]

07 septembre 2011

Cantilène de Sainte Eulalie

Cantilène de Sainte Eulalie   Eulalie était une bonne jeune fille ; Son corps était beau, son âme plus belle encore. Les ennemis de Dieu voulurent la vaincre, Et lui faire servir le Diable. [Mais] elle n'écoutait pas les mauvais conseillers [Qui voulaient] qu'elle renie Dieu qui demeure au ciel. Ni pour de l'or, ni pour de l'argent ou des parures, Ni pour des menaces, des caresses ou des prières, Nulle chose ne pouvait forcer (plier) La fille à toujours n'aimer le service de Dieu. Et pour cela, elle fut présentée à... [Lire la suite]
25 mars 2011

Citation à penser

@font-face {   font-family: "Comic Sans MS"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; } Il n'existe pas de plus beau paysage que le corps vibrant ou alangui de qui l'on aime ; pas de plus sûr refuge que l'âme secrète et tendre de qui l'on aime ; pas de meilleure nourriture que les caresses de qui l'on aime. Jean SIMARD [La Séparation]
10 mars 2011

Dans le dortoir du pensionnat - Renée Vivien

Dans le dortoir du pensionnat   Dans le dortoir du pensionnat, La solitude ne dort jamais Et elle hante les jeunes filles en fleur Dont le corps en éveil Ondule de soif Sur le drap vide de caresses. Alors elles se lèvent Et marchent dans les troubles De leurs sensations nouvelles, Inquiètes et désireuses à la fois, La tête baissée mais les seins tendus Et elles se frôlent des pensées du corps Et elles se rejoignent Et s’effleurent Et se tendent Et tremblent Et s’oublient À combler leur solitude, À entendre le... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
20 juillet 2010

L'amour l'après-midi - Ovide

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
26 août 2009

Pour plus d'agilité, pour le loyal duel - Charles Cros

Pour plus d'agilité, pour le loyal duel Pour plus d'agilité, pour le loyal duel,Les témoins ont jugé qu'Elles se battraient nues.Les causes du combat resteront inconnues ;Les deux ont dit : Motif tout individuel.La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ;Le sang rougit ses seins et ses lèvres charnues.La brune a le corps d'ambre et des formes ténues ;Les cheveux noirs-bleus font ombre au regard cruel.Cette haie où l'on a jeté chemise et robe,Ce corps qui tour à tour s'avance ou se dérobe,Ces seins dont la fureur fait se... [Lire la suite]

03 août 2009

La bouche - Marie Nizet

La bouche Ni sa pensée, en vol vers moi par tant de lieues,Ni le rayon qui court sur son front de lumière,Ni sa beauté de jeune dieu qui la premièreMe tenta, ni ses yeux - ces deux caresses bleues ; Ni son cou ni ses bras, ni rien de ce qu'on touche,Ni rien de ce qu'on voit de lui ne vaut sa boucheOù l'on meurt de plaisir et qui s'acharne à mordre, Sa bouche de fraîcheur, de délices, de flamme,Fleur de volupté, de luxure et de désordre,Qui vous vide le cœur et vous boit jusqu'à l'âme... Marie NIZET (1859-1922)
21 juillet 2009

Dans la clairière - Charles Cros

Dans la clairière Pour plus d'agilité, pour le loyal duel,Les témoins ont jugé, qu'elles se battraient nues.Les causes du combat resteront inconnues.Les deux ont dit : Motif tout individuel. La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ;Le sang rougit ses seins blancs et ses lèvres charnues.La brune a le corps d'ambre et des formes ténues ;Les cheveux noirs-bleus font ombre au regard cruel. Cette haie où l'on a jeté chemise et robe,Ce corps qui tour à tour s'avance ou se dérobe,Ces seins dont la fureur fait se dresser les... [Lire la suite]
17 juillet 2009

À Laure - Alfred de Musset

À Laure Si tu ne m'aimais pas, dis-moi, fille insensée, Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ? Exerçais-tu ta langue à railler ta pensée ? Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppressée, Ces sanglots et ces cris ? Ah ! si le plaisir seul t'arrachait ces tendresses, Si ce n'était que lui qu'en ce triste moment Sur mes lèvres en feu tu couvrais de caresses Comme un unique amant ; Si l'esprit et les sens, les baisers et les larmes, Se tiennent par la main de ta bouche à ton coeur, Et s'il te faut ainsi,... [Lire la suite]
18 juin 2009

Amoureuse au secret - Paul Éluard

Amoureuse au secret Amoureuse au secret derrière ton sourireToute nue les mots d’amourDécouvrent tes seins et ton couEt tes hanches et tes paupièresDécouvrent toutes les caressesPour que les baisers dans tes yeuxNe montrent que toi toute entière. Paul ÉLUARD(1929)[L'Amour, la poèsie]