08 avril 2013

Citation à penser

Tant que l'objet de nos désirs est loin, il nous semble au-dessus de tout ; l'atteignons-nous, c'est un autre objet que nous souhaitons ; et la soif de vivre qui tient bouche béante est toujours égale à elle-même.LUCRÈCE
Posté par muze15 à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

26 octobre 2012

Douce Maîtresse - Pierre de Ronsard

Douce Maîtresse   Chanson   Douce Maîtresse, touche, Pour soulager mon mal, Ma bouche de ta bouche Plus rouge que coral ; Que mon col soit pressé De ton bras enlacé.   Puis, face dessus face, Regarde-moi les yeux, Afin que ton trait passe En mon cœur soucieux, Cœur qui ne vit sinon D'Amour et de ton nom.   Je l'ai vu fier et brave, Avant que ta beauté Pour être son esclave Du sein me l'eût ôté ; Mais son mal lui plaît bien, Pourvu qu'il meure tien.   Belle, par qui je donne A mes... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
24 octobre 2012

Éventail de Mademoiselle Mallarmé - Stéphane Mallarmé

Éventail de Mademoiselle Mallarmé   Ô rêveuse, pour que je plonge Au pur délice sans chemin, Sache, par un subtil mensonge, Garder mon aile dans ta main.   Une fraîcheur de crépuscule Te vient à chaque battement Dont le coup prisonnier recule L'horizon délicatement.   Vertige ! voici que frissonne L'espace comme un grand baiser Qui, fou de naître pour personne, Ne peut jaillir ni s'apaiser.   Sens-tu le paradis farouche Ainsi qu'un rire enseveli Se couler du coin de ta bouche Au fond de... [Lire la suite]
08 septembre 2012

La prune - Jules Renard

La prune   À Marcel Schwob   Au bout de la branche pend une prune qui ne veut pas tomber. Pourtant, gonflée comme une joue d'enfant boudeur, mûre, pleine d'un jus lourd, elle est continûment attirée vers la terre. D'une pointe de feu le soleil lui pique la peau, lui ronge ses couleurs, lui brûle la queue tout le jour. Elle ne se détache pas. Le vent l'attaque à son tour, l'enveloppe d'abord, la caresse sournoisement de son haleine, puis, s'acharnant, souffle dessus d'un brusque effort. La prune remue au gré du vent,... [Lire la suite]
10 juillet 2012

La rose de l'infante - Victor Hugo [IV]

La rose de l'infante   Telle est la vision qui, dans l’heure où nous sommes, Emplit le froid cerveau de ce maître des hommes,   Et qui fait qu’il ne peut rien voir autour de lui. L’armada, formidable et flottant point d’appui Du levier dont il va soulever tout un monde, Traverse en ce moment l’obscurité de l’onde ; Le roi dans son esprit la suit des yeux, vainqueur, Et son tragique ennui n’a plus d’autre lueur.   Philippe Deux était une chose terrible. Iblis dans le Koran et Caïn dans la Bible Sont à peine... [Lire la suite]
23 juin 2012

Citation à penser

Trouvez donc aux paroles la saveur d'une bouche.Paul NOUGÉ
Posté par muze15 à 05:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 mars 2012

À Marceline Desbordes Valmore - Albert Samain

À Marceline Desbordes Valmore   L’amour, dont l’autre nom sur terre est la douleur, De ton sein fit jaillir une source écumante, Et ta voix était triste et ton âme charmante, Et de toi la pitié divine eût fait sa sœur.   Ivresse ou désespoir, enthousiasme ou langueur, Tu jetais tes cris d’or à travers la tourmente ; Et les vers qui brûlaient sur ta bouche d’amante Formaient leur rythme aux seuls battements de ton cœur.   Aujourd’hui, la justice, à notre voix émue, Vient, la palme à la main, vers ta noble... [Lire la suite]
20 janvier 2012

Pourquoi négliges-tu l'extrême affection - Marc de Papillon de Lasphrise

Pourquoi négliges-tu l'extrême affection   Pourquoi négliges-tu l'extrême affection Dont je te veux servir, ma gente Théophile ? Tu m'amènes la loi, qui est toute mobile, Étant sujette aux rois, divers d'opinion.   Je ne trouve au couvent nulle religion : Sans l'effet apparent la voix est inutile. La royale Amilly si belle, si subtile, S'abuse comme toi en la dévotion.   La vie sans plaisir est une mort hideuse, L'aise que tu reçois d'être religieuse, C'est chanter - quel soulas ! - jour et nuit en latin, ... [Lire la suite]
14 janvier 2012

Sed non satiata - Charles Baudelaire

Sed non satiata   Bizarre déité, brune comme les nuits, Au parfum mélangé de musc et de havane, Œuvre de quelque obi, le Faust de la savane, Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,   Je préfère au constance, à l'opium, aux nuits, L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ; Quand vers toi mes désirs partent en caravane, Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.   Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme, Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ; Je ne suis pas le Styx... [Lire la suite]
30 octobre 2011

Pensées des Morts - Alphonse de Lamartine [VI]

Pensées des Morts   Du moins si leur voix si pure Est trop vague pour nos sens, Leur âme en secret murmure De plus intimes accents ; Au fond des cœurs qui sommeillent, Leurs souvenirs qui s’éveillent Se pressent de tous côtés, Comme d’arides feuillages Que rapportent les orages Au tronc qui les a portés !   C’est une mère ravie À ses enfants dispersés, Qui leur tend de l’autre vie Ces bras qui les ont bercés ; Des baisers sont sur sa bouche, Sur ce sein qui fut leur couche Son cœur les rappelle à soi ; ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,