24 avril 2013

Citation à penser

Ce que l'homme cherche jusqu'à l'angoisse dans ses dieux, dans son art, dans sa science, c'est la signification.François JACOB
Posté par muze15 à 05:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 août 2012

Éphéméride - Muze15

  31 Août 1867 Charles-Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort dans la même ville le 31 août 1867. « Dante d'une époque déchue » selon le mot de Barbey d'Aurevilly, nourri de romantisme, tourné vers le classicisme, à la croisée entre le Parnasse et le symbolisme, chantre de la « modernité », il occupe une place qui lui est propre dans l'histoire littéraire du XIXe siècle. Du Romantisme, Baudelaire hérite la vision du poète en marge de la société humaine, plus près de Dieu... [Lire la suite]
26 mai 2012

Citation à penser

Mes tableaux sont pourtant un cri d'angoisse.Vincent VAN GOGH
Posté par muze15 à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 février 2012

Éphéméride - Muze15

  27 Février 1854 Pris d’un accès de désespoir en prenant conscience de sa folie, le compositeur Robert Schumann traverse Düsseldorf sans avoir pris le temps de vêtir une tenue de ville et se jette dans les eaux glacées du Rhin. Rongé par la folie et l’angoisse, l’auteur des "Scènes d’enfants" et de "Papillons" traduit un romantisme exacerbé dans sa musique mais aussi son destin. Il est repêché par des bateliers pour être interné jusqu’à la fin de ses jours, obsédé par sa musique intérieure constituée d’un « la » et de voix... [Lire la suite]
26 février 2012

Sur sa fièvre - Jean de Sponde

Sur sa fièvre   Que faites-vous dedans mes os, Petites vapeurs enflammées, Dont les pétillantes fumées M'étouffent sans fin le repos ?   Vous me portez de veine en veine Les cuisants tisons de vos feux, Et parmi vos détours confus Je perds le cours de mon haleine.   Mes yeux, crevés de vos ennuis, Sont bandés de tant de nuages Qu'en ne voyant que des ombrages Ils voyent des profondes nuits.   Mon cerveau, siège de mon âme, Heureux pourpris de ma raison, N'est plus que l'horrible prison De votre... [Lire la suite]
14 février 2012

Le jugement de Komor - Charles-Marie Leconte de Lisle [II]

Le jugement de Komor   Or, au feu d'une torche en un flambeau grossier, Le Jarle, dans sa tour vieille que la mer ronge, Marchait, les bras croisés sur sa cotte d'acier.   Muet, sourd au fracas qui roule et se prolonge, Comprimant de ses poings la rage de son cœur, Le Jarle s'agitait comme en un mauvais songe.   C'était un haut vieillard, sombre et plein de vigueur. Sur sa joue aux poils gris, lourde, une larme vive De l'angoisse soufferte accusait la rigueur.   Au fond, contre le mur, tel qu'une... [Lire la suite]

25 décembre 2011

Matin de décembre - Guy-Charles Cros

Matin de décembre   On s'éveille du coton dans les oreilles une petite angoisse douce autour du cœur, comme mousse c'est la neige, l'hiver blanc sur ses semelles de liège qui nous a surpris, dormant.   Guy-Charles CROS [Avec des mots - Éditions L'artisan du Livre, 1927]
02 novembre 2011

La pomme - Philéas Lebesgue

La pomme   Bel automne À moi tes pommes, Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge ! J'y veux mordre à pleines dents ; J'y veux boire à pleines lèvres : Bel automne, À moi tes pommes Pour le pressoir qui les attend ! J'en veux faire éclater la fine chair Entre les mâchoires de fer ; J'en veux tirer la liqueur blonde ; À grand effort de vis et de levier, J'en veux faire jaillir une source de songe ! Pour défier L'ennui de l'hiver et des mois sombres, Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier. ... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
09 juillet 2011

Vale - Catherine Pozzi

Vale   La grande amour que vous m’aviez donnée Le vent des jours a rompu ses rayons, Où fut la flamme, où fut la destinée Où nous étions, où par la main serrés Nous nous tenions   Notre soleil, dont l’ardeur fut pensée L’orbe pour nous de l’être sans second Le second ciel d’une âme divisée Le double exil où le double se fond,   Son lieu pour vous apparaît cendre et crainte, Vos yeux vers lui ne l’ont pas reconnu, L’astre enchanté qui portait hors d’atteinte L’extrême instant de notre seule étreinte Vers... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
01 décembre 2010

Citation à penser

Toute angoisse est imaginaire ; le réel est son antidote.André COMTE-SPONVILLE[Impromptus]