13 septembre 2011

Rue Saint-Vincent - Aristide Bruant

Rue Saint-Vincent   Elle avait sous sa toque de martre, sur la butte Montmartre, un p'tit air innocent. On l'appelait Rose, elle était belle, a' sentait bon la fleur nouvelle, rue Saint-Vincent.   Elle avait pas connu son père, elle avait p'us d'mère, et depuis 1900, a' d'meurait chez sa vieille aïeule Où qu'a' s'élevait comme ça, toute seule, rue Saint-Vincent.   A' travaillait déjà pour vivre et les soirs de givre, dans l' froid noir et glaçant, son p'tit fichu sur les épaules, a' rentrait par la... [Lire la suite]

20 juillet 2010

L'amour l'après-midi - Ovide

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Comic Sans MS"; panose-1:0 3 15 7 2 3 3 2 2 2; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
17 janvier 2010

Divagation - Muze15

Sans oser nous toucher, le bout des doigts plein d'égards, de réserve, de douceur et de délicatesse, comme si nous étions trop fragiles, ou si la surface de nos corps était brûlante, ou que le contact de l'autre était interdit, dangereux, déplacé, impensable ou tabou, nous nous caressions simplement de l'extrémité des doigts ou du bord des épaules, les yeux égarés et les sens aux aguets, je m'étais approchée de lui pour humer doucement la peau de sa nuque...