15 juin 2012

Plus loin que les gares, le soir - Émile Verhaeren

Plus loin que les gares, le soir   L'ombre s'installe, avec brutalité ; Mais les ciseaux de la lumière, Au long des quais, coupent l'obscurité, A coups menus, de réverbère en réverbère.   La gare immense et ses vitraux larges et droits Brillent, comme une châsse, en la nuit sourde, Tandis que des voiles de suie et d'ombre lourde Choient sur les murs trapus et les hautains beffrois.   Et le lent défilé des trains funèbres Commence, avec leurs bruits de gonds Et l'entrechoquement brutal de leurs wagons, ... [Lire la suite]

15 mars 2011

Viens lentement t'asseoir - Émile Verhaeren

Viens lentement t'asseoir   Viens lentement t'asseoir Près du parterre dont le soir Ferme les fleurs de tranquille lumière, Laisse filtrer la grande nuit en toi : Nous sommes trop heureux pour que sa mer d'effroi Trouble notre prière.   Là-haut, le pur cristal des étoiles s'éclaire : Voici le firmament plus net et translucide Qu'un étang bleu ou qu'un vitrail d'abside ; Et puis voici le ciel qui regarde à travers.   Les mille voix de l'énorme mystère Parlent autour de toi, Les mille lois de la nature... [Lire la suite]