08 février 2007

Les roses de Saadi - Marceline Desbordes-Valmore

Les Roses de Saadi J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ; Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir. Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées, Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ; La vague en a paru rouge et comme enflammée. Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée... Respires-en sur moi l'odorant souvenir. Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)
Posté par muze15 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2007

Citation à penser

Il n'y a que deux puissances dans le monde, le sabre et l'esprit. À la longue, le sabre est toujours battu par l'esprit. NAPOLÉON
Posté par muze15 à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2007

Se résoudre aux adieux - Philippe Besson - [Livre]

Philippe BESSON / SE RÉSOUDRE AUX ADIEUX / Julliard / 2006 Louise a été quittée par Clément, l'homme tant aimé, pour une autre femme. Désirant vaincre sa douleur, celle si cruelle de la rupture amoureuse, elle décide d'entreprendre un voyage dissipeur de chagrin. En fuyant Paris où tout lui rappelle l'homme qu'elle aime, Louise espère détourner ses pensées de son amant. La Havane, New York, Venise, l'Orient Express n'agiront aucunement comme des baumes apaisant sur une cicatrice béante. Élan masochiste autant que dérisoire, cette... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2007

Des lectures... - Muze15

Des lectures, des récits qui traversent la vie, éclairent sur l’autre et sur nous-même, en jouant, par drames et destins interposés, leur grande fonction de fabulation et de tendresse.Que serions-nous sans ce cercle intime de personnages complices, sans ces histoires qu’on lit et relit d’une lecture affective, un peu somnambule ? Muze15
Posté par muze15 à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 février 2007

La Vie antérieure - Charles Baudelaire

La Vie antérieure J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux, Et que leurs grands piliers, droits et majestueux, Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques. Les houles, en roulant les images des cieux, Mêlaient d'une façon solennelle et mystique Les tout-puissants accords de leur riche musique Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux. C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes, Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs Et des... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2007

Citation à penser

Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade. Julien GREEN
Posté par muze15 à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2007

La crise des utopies - Muze15

La crise des utopies Les utopies sont en piètre état. Leur affaiblissement et leur épuisement suscitent une perplexité grandissante ; le corollaire de cette « désolation » est une perte de confiance dans la vie politique. Les catégories mentales, politiques et sociales de notre civilisation sont ébranlées par la faillite des grands projets historiques. Depuis qu’il n’est plus possible de rêver sérieusement de « changer de vie » et que la rhétorique des « lendemains qui chantent » a révélé sa capacité meurtrière, un vide se creuse... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2007

La plus que vive - Christian Bobin - [Livre]

Christian BOBIN / LA PLUS QUE VIVE / Folio-Gallimard / 1996 Les œuvres de Christian BOBIN sonnent souvent comme des prières. Encensé par un large public d’inconditionnels, fustigé par quelques farouches détracteurs, le caractère quasi religieux de cette prose limpide, aérienne, s’épanouit librement dans ce court récit. Oraison funèbre, “tombeau” à la manière des poètes de la Renaissance, on n’y trouve pourtant nulle trace de ténèbres : BOBIN chante son amie morte – emportée par une rupture d’anévrisme à quarante-quatre ans - tel un... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 09:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 février 2007

Adieu tristesse - Paul Éluard

Adieu tristesse Bonjour tristesse Tu es inscrite dans les lignes du plafond Tu es inscrite dans les yeux que j’aime Tu n’es pas tout à fait la misère Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire Bonjour tristesse Amour des corps, aimables Puissance de l’amour Dont l’amabilité surgit Comme un monstre sans corps Tête désappointée Tristesse beau visage Paul ÉLUARD
Posté par muze15 à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2007

Citation à penser

Il est temps de vivre la vie que tu t'es imaginée. Fiodor DOSTOÏEVSKI
Posté par muze15 à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]