08 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [VI]

Le Jardinier et son Seigneur   Le bon homme disait : "Ce sont là jeux de Prince." Mais on le laissait dire ; et les chiens et les gens Firent plus de dégât en une heure de temps Que n'en auraient fait en cent ans Tous les lièvres de la Province.   Petits Princes, videz vos débats entre vous : De recourir aux rois vous seriez de grands fous. Il ne les faut jamais engager dans vos guerres, Ni les faire entrer sur vos terres.   Jean de LA FONTAINE (1621-1695) [Fables]

07 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [V]

Le Jardinier et son Seigneur   Chacun s'anime et se prépare : Les trompes et les cors font un tel tintamarre Que le bon homme est étonné. Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le pauvre potager ; adieu planches, carreaux ; Adieu chicorée et porreaux ; Adieu de quoi mettre au potage. Le Lièvre était gîté dessous un maître chou. On le quête ; on le lance, il s'enfuit par un trou, Non pas trou, mais trouée, horrible et large plaie Que l'on fit à la pauvre haie Par ordre du Seigneur ; car il eût été mal Qu'on n'eût... [Lire la suite]
06 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [IV]

Le Jardinier et son Seigneur   Cependant on fricasse, on se rue en cuisine. "De quand sont vos jambons ? ils ont fort bonne mine. - Monsieur, ils sont à vous. - Vraiment ! dit le Seigneur, Je les reçois, et de bon cœur. " Il déjeune très bien ; aussi fait sa famille, Chiens, chevaux, et valets, tous gens bien endentés : Il commande chez l'hôte, y prend des libertés, Boit son vin, caresse sa fille. L'embarras des chasseurs succède au déjeuné.   […]   Jean de LA FONTAINE
06 octobre 2012

Citation à penser

Alors, mon but sera atteint. J'aurai contribué, dans la mesure de mes ressources, à créer un gredin, un ennemi de plus pour cette odieuse société qui nous rançonne.H.K.HUYSMANS
05 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [III]

Le Jardinier et son Seigneur   "Cà, déjeunons, dit-il : vos poulets sont-ils tendres ? La fille du logis, qu'on vous voie, approchez : Quand la marierons-nous ? quand aurons-nous des gendres ? Bon homme, c'est ce coup qu'il faut, vous m'entendez Qu'il faut fouiller à l'escarcelle. " Disant ces mots, il fait connaissance avec elle, Auprès de lui la fait asseoir, Prend une main, un bras, lève un coin du mouchoir, Toutes sottises dont la Belle Se défend avec grand respect ; Tant qu'au père à la fin cela devient suspect. ... [Lire la suite]
04 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [II]

Le Jardinier et son Seigneur   "Ce maudit animal vient prendre sa goulée Soir et matin, dit-il, et des pièges se rit ; Les pierres, les bâtons y perdent leur crédit : Il est Sorcier, je crois. -Sorcier ? je l'en défie, Repartit le Seigneur . Fût-il diable, Miraut, En dépit de ses tours, l'attrapera bientôt. Je vous en déferai, bon homme, sur ma vie. - Et quand ? - Et dès demain, sans tarder plus longtemps. " La partie ainsi faite, il vient avec ses gens.   […]   Jean de LA FONTAINE

03 octobre 2012

Le Jardinier et son Seigneur - Jean de La Fontaine [I]

Le Jardinier et son Seigneur   Un amateur du jardinage, Demi-bourgeois, demi-manant, Possédait en certain Village Un jardin assez propre, et le clos attenant. Il avait de plant vif fermé cette étendue. Là croissait à plaisir l'oseille et la laitue, De quoi faire à Margot pour sa fête un bouquet, Peu de jasmin d'Espagne, et force serpolet. Cette félicité par un Lièvre troublée Fit qu'au Seigneur du Bourg notre homme se plaignit.   […]   Jean de LA FONTAINE
02 octobre 2012

L’automne - Lucie Delarue-Mardrus

L’automne   On voit tout le temps, en automne, Quelque chose qui vous étonne, C’est une branche, tout à coup, Qui s’effeuille dans votre cou.   C’est un petit arbre tout rouge, Un, d’une autre couleur encor, Et puis, partout, ces feuilles d’or Qui tombent sans que rien ne bouge.   Nous aimons bien cette saison, Mais la nuit si tôt va descendre ! Retournons vite à la maison Rôtir nos marrons dans la cendre.   Lucie DELARUE-MARDRUS [Poèmes mignons pour les enfants – 1929]
01 octobre 2012

Timide Octobre - Jean Orizet

Timide Octobre   Timide Octobre, fais-moi place! Je veux dire le silence roux des vignobles que les pies, même, respectent, l'élégance des jeunes chênes où les mésanges tiennent conseil et la crécelle des chardons secs ivres de vent.   Voici que des légions de faucheux assaillent les jardins qui brillent. Voici que l'écureuil engrange pour l'hiver.   Sur le bord du chemin, les dalles déférentes saluent l'approche de la nuit de leurs coquilles millénaires.   Notre calendrier n'est qu'un mauvais... [Lire la suite]
30 septembre 2012

Chanson : Philis, vous vous plaignez... - Paul Scarron

Chanson : Philis, vous vous plaignez...   Philis, vous vous plaignez que je n'ay point d'esprit A vous parler de mon martyre. Helas ! ignorez-vous qu'un mal que l'on peut dire N'est jamais si grand que l'on dit ?   Un Amant dit assez quand il est interdit, Quand il languit, quand il souspire ; Mais aprenez, Philis, qu'un mal que l'on peut dire N'est jamais si grand que l'on dit.   Paul SCARRON (1610-1660)
Posté par muze15 à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,