15 février 2007

Apparition - Stéphane Mallarmé

Apparition La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs Vaporeuses, tiraient de mourantes violes De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles. — C’était le jour béni de ton premier baiser. Ma songerie aimant à me martyriser S’enivrait savamment du parfum de tristesse Que même sans regret et sans déboire laisse La cueillaison d’un Rêve au cœur qui l’a cueilli. J’errais donc, l’œil rivé sur le pavé vieilli Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue Et... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2007

Mon rêve familier - Paul Verlaine

Mon rêve familier Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime, Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. Car elle me comprend, et mon coeur transparent Pour elle seule, hélas! cesse d'être un problème Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême, Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant. Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l'ignore. Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore, Comme ceux des... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2007

Autrefois, j’ai connu - Victor Hugo

Autrefois, j’ai connu Autrefois, j’ai connu Ferdousi dans Mysore. Il semblait avoir pris une flamme à l’aurore Pour s’en faire une aigrette et se la mettre au front ; Il ressemblait aux rois que n’atteint nul affront, Portait le turban rouge où le rubis éclate, Et traversait la ville habillé d’écarlate. Je le revis dix ans après vêtu de noir. Et je lui dis : « Ô toi qu’on venait jadis voir Comme un homme de pourpre errer devant nos portes, Toi, le seigneur vermeil, d’où vient donc que tu portes Cet habit noir, qui semble... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2007

Sensation - Arthur Rimbaud

Sensation Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers Picoté par les blés, fouler l'herbe menue: Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue. Je ne parlerai pas, je ne penserai à rien: Mais l'amour infini me montera dans l'âme, Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien, Par la nature, - heureux comme avec une femme. Arthur RIMBAUD
Posté par muze15 à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2007

Les roses de Saadi - Marceline Desbordes-Valmore

Les Roses de Saadi J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ; Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir. Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées, Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ; La vague en a paru rouge et comme enflammée. Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée... Respires-en sur moi l'odorant souvenir. Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)
Posté par muze15 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2007

La Vie antérieure - Charles Baudelaire

La Vie antérieure J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux, Et que leurs grands piliers, droits et majestueux, Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques. Les houles, en roulant les images des cieux, Mêlaient d'une façon solennelle et mystique Les tout-puissants accords de leur riche musique Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux. C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes, Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs Et des... [Lire la suite]
Posté par muze15 à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2007

Adieu tristesse - Paul Éluard

Adieu tristesse Bonjour tristesse Tu es inscrite dans les lignes du plafond Tu es inscrite dans les yeux que j’aime Tu n’es pas tout à fait la misère Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire Bonjour tristesse Amour des corps, aimables Puissance de l’amour Dont l’amabilité surgit Comme un monstre sans corps Tête désappointée Tristesse beau visage Paul ÉLUARD
Posté par muze15 à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]