17 novembre 2013

En hommage à la S.N.C.B. qui me permet de rentrer vivant chez moi - William Cliff

En hommage à la S.N.C.B. qui me permet de rentrer vivant chez moi William CLIFF
Posté par muze15 à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 septembre 2013

La laide - Sully Prudhomme

La laide   Femmes, vous blasphémez l’amour, quand d’aventure Un seul rebelle insulte à votre royauté. Ah ! C’est un pire affront qu’en silence elle endure, La jeune fille à qui la marâtre nature A dénié sa gloire et son droit : la beauté !   L’amour ne luit jamais dans l’œil qui la regarde ; Elle pourrait quitter sa mère sans périls. La laide ! On ne la voit jamais que par mégarde ; Même contre un désir sa disgrâce la garde, Pourquoi les jeunes gens l’accompagneraient-ils ?   Les jeunes gens sont fats,... [Lire la suite]
25 septembre 2013

Citation à penser

Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois.Pierre DUMAYET
Posté par muze15 à 04:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 septembre 2013

Chanson de cirque - Louise Michel

Chanson de cirque   Corrida de Muerte   Les hauts barons blasonnés d'or, Les duchesses de similor, Les viveuses toutes hagardes, Les crevés aux faces blafardes, Vont s'égayer. Ah ! oui, vraiment, Jacques Bonhomme est bon enfant.   C'est du sang vermeil qu'ils vont voir. Jadis, comme un rouge abattoir, Paris ne fut pour eux qu'un drame Et ce souvenir les affame ; Ils en ont soif. Ah ! oui, vraiment, Jacques Bonhomme est bon enfant.   Peut-être qu'ils visent plus haut : Après le cirque, l'échafaud... [Lire la suite]
11 avril 2013

Chansons d’oiseaux - Louise Michel

Chansons d’oiseaux   Hirondelle qui viens de la nue orageuse Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi. Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ? Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,   Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages, Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts, Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges, Vers les astres errants qui roulent dans les airs.   Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts Des... [Lire la suite]
10 avril 2013

Adieu à l'enfance - Ondine Valmore

Adieu à l'enfance   Adieu mes jours enfants, paradis éphémère ! Fleur que brûle déjà le regard du soleil, Source dormeuse où rit une douce chimère, Adieu ! L'aurore fuit. C'est l'instant du réveil !   J'ai cherché vainement à retenir tes ailes Sur mon cœur qui battait, disant : " Voici le jour ! " J'ai cherché vainement parmi mes jeux fidèles A prolonger mon sort dans ton calme séjour ;   L'heure est sonnée, adieu mon printemps, fleur sauvage ; Demain tant de bonheur sera le souvenir. Adieu ! Voici l'été ;... [Lire la suite]

09 avril 2013

La voix - Ondine Valmore

La voix   La neige au loin couvre la terre nue ; Les bois déserts étendent vers la nue Leurs grands rameaux qui, noirs et séparés, D'aucune feuille encor ne sont parés ; La sève dort et le bourgeon sans forc Est pour longtemps engourdi sous l'écorce ; L'ouragan souffle en proclamant l'hiver Qui vient glacer l'horizon découvert. Mais j'ai frémi sous d'invisibles flammes Voix du printemps qui remuez les âmes, Quand tout est froid et mort autour de nous, Voix du printemps, ô voix, d'où venez-vous ?...   Ondine... [Lire la suite]
08 avril 2013

Moriture - Ondine Valmore

Moriture   Regarde ! avec amour la terre se couronne ; Sous les vents attiédis son front rêve et frissonne ; L'herbe rajeunissante habille le rocher Où les nids amoureux vont déjà se cacher. Regarde ! à flots pressés la sève monte et chante. On voit les bois frémir : Donne toute ton âme au tableau qui t'enchante, Ô toi qui dois mourir !   Écoute ! la nuit pure a soulevé ses voiles, Et berce l'univers aux hymnes des étoiles ; Sous les rameaux touffus une touchante voix S'élève, traduisant l'âme errante des bois... [Lire la suite]
07 avril 2013

Anniversaire - Ondine Valmore

Anniversaire   Merci, mère, merci pour mon jour de naissance, Où ta prière à Dieu m’apprend à le bénir ! Merci pour mon passé, pour ma jeune espérance, Pour tes yeux, deux soleils de mon pur avenir ! Si j’y suis, faible encor, comme au jour où mon âme S’exhala de la tienne en saluant le jour, Je viendrai comme alors cacher, enfant ou femme, Mon sourire et mes pleurs au fond de ton amour ; Si le ciel t’exauçait pour ma paisible vie, Ô mère, sur ton bras j’appuierais mon bonheur ; Et si, dans l’avenir, la paix m’était... [Lire la suite]
06 avril 2013

À la belle impérieuse - Victor Hugo

À la belle impérieuse   L'amour, panique De la raison, Se communique Par le frisson.   Laissez-moi dire, N'accordez rien. Si je soupire, Chantez, c'est bien.   Si je demeure, Triste, à vos pieds, Et si je pleure, C'est bien, riez.   Un homme semble Souvent trompeur. Mais si je tremble, Belle, ayez peur.   Victor HUGO