Anniversaire

 

Merci, mère, merci pour mon jour de naissance,

Où ta prière à Dieu m’apprend à le bénir !

Merci pour mon passé, pour ma jeune espérance,

Pour tes yeux, deux soleils de mon pur avenir !

Si j’y suis, faible encor, comme au jour où mon âme

S’exhala de la tienne en saluant le jour,

Je viendrai comme alors cacher, enfant ou femme,

Mon sourire et mes pleurs au fond de ton amour ;

Si le ciel t’exauçait pour ma paisible vie,

Ô mère, sur ton bras j’appuierais mon bonheur ;

Et si, dans l’avenir, la paix m’était ravie,

Je la retrouverais en priant sur ton cœur !

 

Ondine VALMORE
(2 novembre 1838)
(1821-1853)

La fille de Marceline Desbordes-Valmore était réservée, cultivée, curieusement antiféministe : elle rêvait d’un loi interdisant l’écriture aux dames ! Ses poèmes, insuffisamment élaborés, n’ont paru qu’en 1932 (Les Cahiers de Ondine Valmore).