Solitude

 

Abîme à franchir seule, où personne, oh ! Personne

Ne touchera ma main froide à tous après toi :

Seulement à ma porte, où quelquefois Dieu sonne,

Le pauvre verra, lui, que je suis encor moi,

 

Si je vis ! Puis, un soir, ton essor plus paisible

S'abattra sur mon cœur immobile, brisé

Par toi ; mais tiède encor d'avoir été sensible

Et vainement désabusé !

 

Marceline DESBORDES-VALMORE
(1786-1859)
[Pauvres fleurs -1839]