Baudelaire

 

31 Août 1867

Charles-Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort dans la même ville le 31 août 1867. « Dante d'une époque déchue » selon le mot de Barbey d'Aurevilly, nourri de romantisme, tourné vers le classicisme, à la croisée entre le Parnasse et le symbolisme, chantre de la « modernité », il occupe une place qui lui est propre dans l'histoire littéraire du XIXe siècle. Du Romantisme, Baudelaire hérite la vision du poète en marge de la société humaine, plus près de Dieu (« Bénédiction ») ou de Satan (« Les Litanies de Satan ») que du monde terrestre (« L'Albatros »). Ce refus du monde matériel, notamment de l'univers bourgeois triomphant qui s'impose à la France pendant le XIXe siècle, s'incarne dans une imagerie où les mouvements ascendants - élévation symbolisant le spirituel (cf. le thème de l'ange), le mystique et le génie artistique (« Les Phares ») - s'opposent aux «miasmes morbides» de la Terre (« Élévation »), à la chute dans le néant (« Le Goût du néant ») et au poids du Spleen et du Temps (« Spleen » et « La Chambre double »). Cette lutte entre le haut et le bas, entre l'Idéal et le Spleen, se poursuivra tout le long des Fleurs du Mal à travers de nouveaux thèmes comme la ville, le vin, le mal et la révolte, pour aboutir à l'ultime espoir, au dernier voyage : la mort.
Au-delà de cette représentation du monde assez typiquement romantique que nous venons de décrire, Baudelaire annonce le Symbolisme. Cela, le poème « Correspondances » l'illustre en faisant la description d'analogies entre les perceptions relevant de sens différents, mais aussi en suggérant une unité secrète entre les univers sensoriel et spirituel, unité que le poète aurait charge de comprendre et de traduire. Si la foi en une telle unité n'est pas le fait de tous les lecteurs de Baudelaire, il n'en demeure pas moins qu'elle est cohérente avec une œuvre où les sensations dominent, notamment par l'évocations de parfums, du crépuscule parisien (« Recueillement » ou « La nuit épaisse du Balcon ») ou des états sensoriels liés à l'angoisse la plus morbide (« La Cloche fêlée », les divers « Spleen », la première partie de « Chant d'automne »).

 

Baudelaire01