La rose de l'infante

 

Elle est toute petite ; une duègne la garde.

Elle tient à la main une rose et regarde.

Quoi ? que regarde-t-elle ? Elle ne sait pas. L’eau,

Un bassin qu’assombrit le pin et le bouleau ;

Ce qu’elle a devant elle ; un cygne aux ailes blanches,

Le bercement des flots sous la chanson des branches,

 

Et le profond jardin rayonnant et fleuri ;

Tout ce bel ange a l’air dans la neige pétri.

On voit un grand palais comme au fond d’une gloire,

Un parc, de clairs viviers où les biches vont boire,

Et des paons étoilés sous les bois chevelus.

L’innocence est sur elle une blancheur de plus ;

Toutes ses grâces font comme un faisceau qui tremble.

Autour de cette enfant l’herbe est splendide et semble

Pleine de vrais rubis et de diamants fins ;

Un jet de saphirs sort des bouches des dauphins.

Elle se tient au bord de l’eau ; sa fleur l’occupe ;

Sa basquine est en point de Gênes ; sur sa jupe

Une arabesque, errant dans les plis du satin,

Suit les mille détours d’un fil d’or florentin.

La rose épanouie et toute grande ouverte,

Sortant du frais bouton comme d’une urne verte,

Charge la petitesse exquise de sa main ;

Quand l’enfant, allongeant ses lèvres de carmin,

Fronce, en la respirant, sa riante narine,

La magnifique fleur, royale et purpurine,

Cache plus qu’à demi ce visage charmant,

Si bien que l’œil hésite, et qu’on ne sait comment

Distinguer de la fleur ce bel enfant qui joue,

Et si l’on voit la rose ou si l’on voit la joue.

Ses yeux bleus sont plus beaux sous son pur sourcil brun.

En elle tout est joie, enchantement, parfum ;

Quel doux regard, l’azur ! et quel doux nom, Marie !

Tout est rayon ; son œil éclaire et son nom prie.

 

[…]

 

Victor HUGO

(1802-1885)

[La Légende des Siècles]