La providence à l'homme

 

Ce soleil éclatant, ombre de ma lumière.

Sait-il où le conduit le signe de ma main ?

S'est-il tracé soi-même un glorieux chemin ?

Au bout de sa carrière,

Quand j'éteins sa lumière,

Promet-il à la terre

Le soleil de demain?

 

Cependant tout subsiste et marche en assurance.

Ma la voix chaque matin réveille l'univers !

J'appelle le soleil du fond de ses déserts

Franchissant la distance,

Il monte en ma présence,

Me répond, et s'élance

Sur le trône des airs !

 

Et toi, dont mon souffle est la vie ;

Toi, sur qui mes yeux sont ouverts,

Peux-tu craindre que je t'oublie,

Homme, roi de cet univers ?

Crois-tu que ma vertu sommeille ?

Non, mon regard immense veille

Sur tous les mondes à la fois !

La mer qui fuit à ma parole,

Ou la poussière qui s'envole,

Suivent et comprennent mes lois.

 

[…]

 

Alphonse de LAMARTINE