Quand j'aperçois ton blond chef, couronné

 

Quand j'aperçois ton blond chef, couronné

D'un laurier vert, faire un luth si bien plaindre

Que tu pourrais à te suivre contraindre

Arbres et rocs ; quand je te vois orné,

 

Et, de vertus dix mille environné,

Au chef d'honneur plus haut que nul atteindre,

Et des plus hauts les louanges éteindre,

Lors dit mon cœur en soi passionné :

 

Tant de vertus qui te font être aimé,

Qui de chacun te font être estimé,

Ne te pourraient aussi bien faire aimer ?

 

Et, ajoutant à ta vertu louable

Ce nom encor de m'être pitoyable,

De mon amour doucement t'enflammer ?

 

Louise LABÉ

(1524-1566)