Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage

 

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage

Void un fleuve, s'y jette, nage et gaigne le bord.

Christ poursuivy de Juifs, nage aux eaux de la mort,

Les passe, et vient surgir à l'immortel rivage.

 

Le Cerf hayt le serpent, l'attaque, le ravage,

Le mord et l'engloutit : Christ mortellement mord

Le serpent qui fournit à la mort son breuvage

Cette mort engloutit, et destruict son effort.

 

11 a (pour ce qu'il est le vivant et la vie)

Cette mort devorée à son estre asservie,

Comme l'estomach change en lait son aliment.

 

À ce victorieux la trompe prophetique

Comme au Cerf matineux a chanté son Cantique

Et nous semond fidele au mesme compliment.,

 

Jean de LA CEPPÈDE

(1550-1623)