Le jugement de Komor

 

- Frappe. Je l'aime encor : ta haine est légitime.

Certes, je l'aimerai dans mon éternité !

Dieu m'ait en sa merci ! Pour toi, prends ta victime.

 

- Meurs donc dans ta traîtrise et ton impureté !

Dit Komor, avançant d'un pas grave vers elle ;

Car Dieu va te juger selon son équité.

 

Tiphaine souleva de son épaule frêle

Ses beaux cheveux dorés et posa pour mourir

Sur le funèbre bloc sa tête pâle et belle.

 

On eût pu voir alors flamboyer et courir

Avec un sifflement l'épée à large lame,

Et du col convulsif le sang tiède jaillir.

 

Tiphaine tomba froide, ayant rendu son âme.

Cela fait, le vieux Jarle, entre ses bras sanglants,

Prit le corps et la tête aux yeux hagards, sans flamme.

 

[…]

 

Charles-Marie LECONTE DE LISLE