Il faut donc méditer sur ce qui procure le bonheur, puisque lui présent, nous avons tout, et, lui absent, nous faisons tout pour l'avoir.
ÉPICURE
[Lettre à Ménécée]